Françalgérie / La justice française prononce un non-lieu dans l'affaire Mecili

28/11/2014 - 18:57

PARIS (SIWEL) — Le 17 novembre dernier, le juge d’instruction français en charge de l’affaire Mécili avait ordonné un « non-lieu » dans l’enquête sur l’assassinat de l’opposant kabyle Ali-André Mecili, froidement exécuté en plein cœur de Paris avec 3 balles dans la tête, le 7 avril 1987, en bas de chez lui au 74 Boulevard saint-Michel. Paris confirme pour la énième fois son statut de «capitale du crime politique» où les assassinats se succèdent sans jamais que les auteurs, ni encore moins les commanditaires, ne soient inquiétés par la justice française.


Françalgérie /  La justice française prononce un non-lieu dans l'affaire Mecili

Mercredi 26 novembre, l’agence de presse française, AFP, annonçait que la famille Mécili faisait appel du « non-lieu » prononcé par le juge d’instruction en charge de l’affaire concernant l’enquête sur l’assassinat de l’opposant kabyle assassiné en plein Paris. L’écrasante majorité de ses compatriotes kabyles savent pertinemment que derrière l’assassinat d’Ali-André Mécili, il y a les services de l’État algérien, tout comme ils savent également que derrière les services algériens, il y a la complaisance des services français qui ont fait de la capitale française, Paris, la capitale du crime politique.

Du marocain Benbarka à la Kurde Sékine Cansız, en passant par les kabyles Mécili et Mehenni, ce sont des dizaines de crimes qui ont été orchestrés par des États criminels à qui l'ont a laissé tout le loisir d’exécuter leurs opposants, en toute impunité en plein Paris, capitale du pays des droits de l’homme, devenue capitale du crime politique

Dans cette affaire de meurtre prémédité, commandité depuis Alger et exécuté à Paris, des pans entiers des services algériens et français sont de la partie : du DRS (département du renseignement et de la sureté) aux services protocolaires des affaires étrangère algériens, en passant par des services du ministère de la justice et du ministère de l’intérieur français.

Pour rappel, l’enquête sur l’affaire Mécili avait rebondi en 2007 avec deux mandats d’arrêt internationaux délivré par un juge d’instruction français, probablement non inféodé aux relations troubles qui lient la France à l’Algérie. Le premier mandat d’arrêt visait un algérien du nom d’Abdelmalek Amellou, soupçonné d’être l’exécutant de l’assassinat de Mécili et le second mandat visait un diplomate algérien du nom de Mohamed Ziane Hasseni, soupçonné quant à lui d’en être le commanditaire.

L’arrestation en 2008 de Mohamed Ziane Hassen, alors chef du protocole du ministère algérien des Affaires étrangères, avait provoqué de fortes perturbations dans les relations franco-algériennes, jusqu’à ce que le diplomate algérien soit innocenté en 2010 par un tour de "passe-passe" ahurissant où il aurait été victime d’une banale « homonymie ». La même année, ce diplomate algérien, soupçonné d’avoir commandité le meurtre de Mécili, sera muté très loin de Paris et d’Alger, en Colombie, où il est nommé « ambassadeur d’Algérie » à Bogota par le président algérien Bouteflika.

Quant à Abdelmalek Amellou, celui qui était soupçonné d’avoir été l’exécutant, il avait été arrêté et placé en garde à vue deux mois après l’assassinat de Mécili en 1987, avant d’être remis en liberté et expulsé, illico presto, vers l’Algérie selon une « procédure d’urgence » décidée par M. Charles Pasqua, alors ministre français de l’Intérieur.

Après ce second « non-lieu » de la justice française, l’omerta se poursuit, toute honte bue, à Alger comme à Paris. Mais que la justice franco-algérienne le reconnaisse ou non, avec ou sans preuve, tout le monde sait qu’Ali-André Mécili a été assassiné par « l’Algérie indépendante » sous la protection de sa « tutelle française », et « tout le reste n’est que littérature » comme disait Mouloud Mammeri !

avec AFP et TSA

zp,
SIWEL 281857 NOV 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu