Football : Hannachi démissionne de son poste de président de la JSK

01/12/2012 - 21:51

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Suite au match nul consenti à domicile, ce samedi soir, par la JSK contre l'ESS (1-1), Mohand-Chérif Hannachi a déclaré, devant un parterre de journalistes, "quitter définitivement" le club phare de la Kabylie, la JSK (Jeunesse sportive de Kabylie).


Hannachi a déclaré, le visage fermé, dépité : « J'aurais souhaité terminer ma carrière à la JSK avec une victoire, pour faire plaisir aux supporters »... « On n'a pas gagné, il y'avait des insultes "préparées", ils ne veulent pas de moi, c'est mon dernier match aujourd'hui »... « Je ne peux pas continuer comme cela » et de conclure par un lapidaire « C'est une décision mûrement réfléchie »... « C'est la fin, tout a une fin ».

Depuis l'entame de la nouvelle saison, et alors que le championnat n'a pas encore consommé sa phase aller, la JSK n'arrête plus d'enregistrer une suite de faux pas, et détient aujourd'hui le record peu reluisant de sept défaites déjà essuyées, après 12 journées. Un fait sans précédent dans le camp kabyle.

Hannachi vient d'engager Nacer Sendjak comme nouvel entraîneur après avoir remercié l'italien Enrico Fabbro, qui aura servi moins de 6 mois, de juin à novembre 2012.

Moh Cherif Hannachi, 62 ans, aura consommé 40 entraîneurs depuis sa nomination comme président de la JSK en 1993. 19 ans de carrière et 40 entraîneurs, soit en moyenne 2 entraîneurs par an, un record qui sera sans doute jamais battu.

En mars dernier, une caravane scandant des slogans : « Hannachi, dégage » ou encore « La JSK n'appartient pas à la famille Hannachi ». regroupant des supporters et des anciens joueurs du club, avait sillonné la Kabylie pour exiger le départ de Hannachi, afin de «  relever le niveau de la JSK et lui redonner son lustre d'antan »

Il lui était notamment reproché sa gestion jugée "trop personnelle" du club et "d'avoir fait perdre sa kabylité à la JSK", allant jusqu'à accepter que le seul moyen d'expression des Kabyles soit "sponsorisé" par des antikabyles notoires tels que le journal arabophone Echourouk.

Ce n'est pas la première fois que Hannachi annonce démissionner, sa dernière sortie dans ce sens date de février dernier, sur les ondes de Radio Tizi-Ouzou, il se disait partant, avant de se rétracter 15 jours plus tard.

wbw
SIWEL 012151 DEC 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche