Fethi N-Khalifa : « seule la nouvelle constitution libyenne peut déterminer l'avenir du pays »

26/10/2011 - 11:21

TRIPOLI (SIWEL) — Le Libyen Fethi N-Khalifa, ex-membre du Conseil national de transition (CNT), élu depuis début octobre à la tête du Congrès Mondial Amazigh (CMA) a déclaré que le président du CNT s'est exprimé sur des sujets que seule la constitution peut déterminer.


Fethi N-Khalifa, président du Congrès Mondial Amazigh (PHOTO: DR)
Fethi N-Khalifa, président du Congrès Mondial Amazigh (PHOTO: DR)
Faisant référence à la déclaration tenue par le président du Conseil national de transition en Libye sur l’application de la charia, le natif de Yefren et ex membre du CNT a tenu à marquer son opposition dans une déclaration "nationale" remise à la presse dans laquelle il précise qu'il « ne s'exprime pas au nom d'une entité géographique ou d'un apparentement idéologique quelconques ».

Dans des termes néanmoins pleins d'éloges à l'égard du Président du CNT, Mustapha Abd el-Jalil, pour « sa bravoure, sa combativité et sa gestion irréprochable de la révolution qui a eu raison de l’une des pires dictatures de l’histoire de l’humanité » le tout nouveau président du Congrès Mondial Amazigh a déclaré que seule la constitution du peuple libyen est en mesure de déterminer « avec des propos opportuns et au moment opportun » des questions auxquelles M. Abd el-Jalil s'est précipité à donner des réponses. « M. le président du CNT semble subir des pressions et semble même douter de l'islamité des Libyens ! » peut-on lire parmi les points de discorde énumérés dans la déclaration de M. N-Khalifa rédigée en arabe.

Le militant amazigh a précisé que l'islamité des Libyens n'est pas à marchander mais elle n'a pas à être manipulée. « Le président du CNT ne semble pas faire de différence entre islam et totalitarisme, nous entendons par là les méfaits qu'Allah déteste et la coercition qu'il a interdit. » a-t-il dit, ajoutant « M. le Président a choqué les femmes libyennes en prenant l'exemple de la polygamie. Elles-mêmes savent que la polygamie en islam est régie par des conditions d'équité que seul un juriste peut objectivement déterminer. »

Les amazighs de Libye, circonscrits essentiellement au massif de Nefoussa à l'Ouest du pays, représentent environ 10 pour cent de la population libyenne.

cc/bbi/wbw
SIWEL 261121 OCT11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu