Festival national du théâtre amazigh de Batna : la troupe de Tizi Wezu écartée injustement

04/01/2013 - 14:16

BATNA (SIWEL) — La 4e édition du Festival national du théâtre amazigh qu’a abrité la wilaya de Batna du 10 au 18 décembre dernier, n’était pas du goût de tous les participants.
La preuve, des associations n’arrêtent pas de se plaindre depuis.


Un festival qui n'a d'amazigh que le nom. PH/DR
Un festival qui n'a d'amazigh que le nom. PH/DR
Le cas le plus distinctif est celui de l’association culturelle et scientifique Aghbalu de Tizi-Wezu. Ses membres disent avoir été « déçus » de leur prise en charge du côté administratif. Ils estiment que ce dernier n’a à aucun moment fait objet de professionnalisme. Le travail tant fourni par cette association, qui a réussi haut la main lors des présélections qui se sont déroulées à Sétif et qui a reçu les félicitations de la part du commissaire du Festival, n’a pas pu être valorisé au moment des phases finales. Pour cause, le manque d’application du côté administratif.

En effet, les membres de ladite association dénoncent le fait de n’avoir reçu ni le programme ni le règlement intérieur qui devaient être joints à l’invitation pour participé à ce festival, et ce, malgré leur insistance.
La déception de cette association s’est nourrie d’amertume encore plus le jour de la remise des prix. Car, malgré la « parfaite » présentation qu’ils ont produite à la maison de la culture Batna, ces derniers ont reçu un courrier leur annonçant l’exclusion de leur troupe de la compétition.

La raison avancée est la suivante : "vous avez déjà participé à un autre festival avec ce spectacle en langue arabe". "Comment être au courant de cette règle si aucun article défendant cette thèse n’apparait dans le règlement intérieur du festival ?" se demandent les participants recalés.
N’étant pas la seule à se présenter avec une pièce déjà produite, l’association culturelle et scientifique Aghbalu de Tizi-Wezu dénonce ainsi « l’injustice » dont elle est victime et qui a était commise par « le jury et les membres du commissariat ».

Autre fait qui laisse sans voix, un jury composé de personnes appartenant à une troupe qui concoure dans le même festival ! Ladite troupe, signale les membres l’association citée un peu plus haut, décroche comme par hasard trois prix parmi les huit attribués.
Les injustices commises à l’encontre des artistes et des troupes musicales kabyles en dehors de la Kabylie sont légion.

ni/tamurt
SIWEL 041416 JAN 13





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu