Ferhat Mehenni ou la voix de la liberté de la Kabylie, par Firmus.L

27/06/2016 - 10:42

CONTRIBUTION (SIWEL) — En à peine deux décennies, les souverainistes kabyles sont devenus majoritaires en Kabylie et un exemple à suivre pour les autres peuples qui luttent pour liberté et leur dignité, du moins en Algérie. Ainsi, après la création d’un mouvement autonomiste par le peuple Chaoui, le peuple Mozabite lui avait emboîté le pas après avoir subi le même sort que le peuple kabyle en 2001.


Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (PH/Anavad)
Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (PH/Anavad)
Lassés par un régime algérien cynique et autoritaire, des hommes et des femmes nobles à leur tête monsieur Ferhat Mehenni -artiste de talent, leader naturel et charismatique- ont rompu avec le déni et ont opté pour la fondation de la nation Kabyle.

Intellectuel visionnaire et infatigable militant de la cause kabyle depuis sa prise de conscience que je ne peux situer dans le temps, Ferhat a écouté ses frères et soeurs opprimés. Je peux avancer sans trop me tromper que c’est le premier homme providentiel Kabyle.

Ces hommes et femmes prirent la décision historique de créer un mouvement politique, d’abord autonomiste car, je suppose que l’espoir d’une Algérie fédéraliste et démocratique n’avait pas encore définitivement déserté leur esprit ou voulurent-ils laisser une chance au régime algérien de satisfaire les revendications légitimes du peuple kabyle. Ensuite, indépendantiste pour fonder un État kabyle qui est la seule alternative viable pour épargner aux kabyles de nouveaux maux et de nouvelles humiliations. Un État kabyle qui évite une extinction certaine d’un peuple recru d’épreuves et qui a perdu nombre de ses repères, mais n’a jamais perdu son esprit, sa détermination et son intelligence.

C’est ainsi que la première erreur fut corrigée par des hommes et des femmes visionnaires. Et ceci au lendemain d'événements tragiques qui ravirent de nombreuses vies à la fleur de l’âge. En effet, un massacre fut perpétré par les services de sécurité algérienne dans un silence assourdissant des citoyens algériens qui n’allumèrent même pas une bougie sur une place publique en mémoire des enfants kabyles assassinés pourtant censés être leurs "compatriotes".

S'ajoutent à ce massacre éthnique et identitaire l'indifférence honteuse et coupable de la communauté internationale depuis trop longtemps exclusivement focalisée sur la partie la plus despotique de la planète : le Moyen-Orient en éruption cyclique.

Cette même communauté internationale a demeuré sourde aux appels au secours lancés quotidiennement par les autres peuples opprimés et bafoués dans leurs droits humains aux quatre coins de la terre.

En à peine deux décennies, les souverainistes kabyles sont devenus majoritaires en Kabylie et un exemple à suivre pour les autres peuples qui luttent pour liberté et leur dignité, du moins en Algérie. Ainsi, après la création d’un mouvement autonomiste par le peuple Chaoui, le peuple Mozabite lui avait emboîté le pas après avoir subi le même sort que le peuple kabyle en 2001.

Firmus. L

SIWEL 271042 JUN 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche