Ferhat Mehenni : « Je ne suis pas là pour expédier les affaires courantes et militer dans le confort »

26/09/2016 - 19:49

PARIS (SIWEL) — Conscient des turbulences que ses annonces du 25 septembre pouvaient provoquer, le président de l’Anavad a tenu à revenir sur quelques points qui ont motivé sa démarche. Mass Ferhat Mehenni a rappelé les changements majeurs qu’il a fait faire au MAK depuis sa création jusqu’à aujourd’hui, avant d’annoncer une nouvelle étape qui « révolutionne l’organigramme ».


Ferhat Mehenni : « Je ne suis pas là pour expédier les affaires courantes et militer dans le confort »
Le président de l’Anavad a ainsi tenu à revenir sur les grandes étapes qu’a connues le MAK, l’organisation du 1er congrès, la création de l’Anavad et le passage de l’Autonomie à l’Autodétermination : « Je suis celui qui imprime à la ligne politique du MAK les changements dont le combat a besoin pour mener le peuple kabyle vers sa liberté. Conscient des très lourdes responsabilités qui sont les miennes, j’avais tenu, à la naissance de notre Mouvement, le 05/06/2001, à ne pas déstabiliser, par devoir moral, la structure principale qui gérait la grave et dangereuse situation du Printemps Noir. Il avait fallu attendre la mort des Archs pour qu’enfin j’organise le Premier Congrès du MAK, le 14/08/2007 à Ighil Ali. Trois ans plus tard, je force le destin en mettant sur pied l’Anavad. Dès lors que le gouvernement provisoire kabyle est debout, l’objectif initial de l’autonomie porté par le MAK était dépassé. C’est vers la mi-novembre 2011, que dans cette salle, lors d’une conférence, j’ai pour la première fois invité le MAK à passer de l’autonomie au droit à l’autodétermination. »

Ferhat Mehenni a souligné que « Les turbulences générées par chacun de ces changements ont, comme il fallait s’y attendre, provoqué des départs de certains cadres et militants mais aussi des vagues d’adhésion plus importantes pour entamer la nouvelle étape »

Le leader du mouvement souverainiste kabyle a assuré qu’il va continuer de travailler pour donner à la Kabylie une puissance qu’elle n’a jamais atteinte : « Je n’aurais pas accepté un nouveau mandat à la présidence de l’Anavad si c’était pour expédier les affaires courantes et gérer la routine, militer dans le confort.»

Ferhat Mehenni a également tenu à exprimer son admiration aux cadres et aux militants du mouvement : « Nous avons des militantes et des militants d’exception, des cadres de très grande valeur auxquels (cadres et militants) j’exprime autant mon respect que mon admiration. Ils sont tous en mesure d’opérer le changement que l’Histoire nous somme d’accomplir pour ne pas échouer. »


nbb
SIWEL 261952 SEP 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu