Fahem Sai : Encore un militant du MAK, victime de harcèlements administratifs et policiers algériens

17/03/2016 - 11:22

MEKLA (SIWEL) — Pendant que les militants et sympathisants du MAK se rassemblaient hier devant le portail de l'université Mouloud Mammeri pour dénoncer les arrestations et les intimidations que la police algérienne fait subir aux militants du MAK, les derniers en date étant Slimane Kadi, Lazhar Bessadi, et Mokhtar Ouazi, un autre militant était à ce moment-là précisément victime d'un harcèlement policier dans la matinée d’hier. Il s'agit de Fahem Sai, militant de la coordination MAK de Mekla.


Fahem Sai : Encore un militant du MAK, victime de harcèlements administratifs et policiers algériens
Fahem Sai est gérant d’un Cyber dans sa ville natale depuis plusieurs années. Dès l'ouverture de son cyber à 9h, des policiers algériens se sont pointés chez lui pour lui remettre une convocation.

Croyant que la convocation est relative à son activité commerciale et n'ayant absolument rien à se reprocher, Fahem est parti confiant au commissariat de Mekla muni de tous les papiers concernant son activité professionnelle.

Arrivé au commissariat de police, Fahem Sai subit alors un très long interrogatoire qui a duré 6h durant, de 09h à 15h. Les questions posées ont toutes porté sur le MAK, ses militants et son fonctionnement. Les policiers algériens et leur supérieur hiérarchique, le commissaire en personne, voulaient savoir d'où provenait l'argent du mouvement souverainiste kabyle. Malgré la torture morale et les tentatives de soudoiement, Fahem n'a pas abdiqué. Le MAK n'a rien à cacher concernant ses ressources financières. Comme l’a très bien exprimé le président du Mouvement souverainiste : « Le MAK n’est tributaire que de la générosité et de la protection du peuple kabyle »

Fahem a refusé la proposition des policiers algériens qui voulaient le faire manger avec eux. Ensuite, c’est carrément le commissaire de police qui lui a proposé de faire une photo avec lui et les autres policiers. Fahem a évidemment refusé tant il est vrai que les victimes ne côtoient avec leurs tortionnaires.

Voyant que Fahem était solide comme un roc et qu’il demeurait imperturbable, les policiers ont cherché à lui causer des soucis dans ses activités commerciales, en lui refaisant le coup du Cyber familial de Kamira Nat-Sid. Les policiers lui demandent en effet : «pourquoi c'est lui qui gère le cyber alors que les papiers sont au nom de son frère». La nouvelle technique de l’Etat algérien est de tenter d’affamer les militants de la Liberté du peuple kabyle.

Il y a lieu de rappeler que le commissaire de Mekla se comporte en serviteur zélé de ses maîtres d'Alger allant jusqu'à enlever le drapeau Kabyle dans une cafétéria, en protecteur zélé de sa propre servitude.

cdb/zp,
SIWEL 171122 MAR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu