Face aux insurgés de Draa ben Khedda, le wali de Tizi-Ouzou ordonne la persécution des « indigènes » kabyles

11/06/2013 - 17:21

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Toute la matinée d’hier, de violents affrontements ont opposé les citoyens la cité des 400 logements à Draâ Ben Khedda (ex Mirabeau, ex .)*. Les services de persécution algérienne, commandités par le wali de Tizi-Ouzou ont fait usage d’une extrême violence contre les citoyens de la dite localité qui s’opposaient à un projet immobilier sur le seul espace vert que compte leur cité. Bilan des affrontements : 30 blessés et le renforcement de la détermination des citoyens à défendre leur « oxygène », quitte à adopter la « méthode corse », c'est-à-dire laisser l’Etat bâtir, contre la volonté des citoyens et une fois « l’intrus » bâti, le démolir.


Police algérienne contre manifestants (PH/DR/Archives)
Police algérienne contre manifestants (PH/DR/Archives)
Les affrontements entre les services de persécution algérienne et plusieurs dizaines de citoyens de Draa Ben khedda, ont effectivement éclaté hier matin, devant le siège de la wilaya de Tizi-Ouzou où une trentaine de blessés a été enregistrée. Face à la légitimité de la contestation sociale, le Wali de Tizi-Ouzou a lui-même ordonné la dispersion des « perturbateurs » : les indigènes kabyles qui entravent la « soupe » algérienne dont les ingrédients ne sont rien de moins que la spoliation du peuple kabyle, y compris de son espace vital.

Pour rappel, le wali de Tizi-Ouzou, contre l’avis clairement exprimé des citoyens concernés, a octroyé le seul espace vert de la cité des 400 logements de Draa ben khedda à la mafia politico-financière du lobby du foncier en Kabylie.
Les citoyens, malgré l’extrême violence du passage à tabac dont ils ont été victimes, ont décidé de répondre à la violence par la violence en promettant de détruire l’édifice prévu dès l’entame des travaux.

Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie a condamné, dans un communiqué rendu public aujourd’hui, la « prédation du régime néocolonial d’Alger » et appelle le peuple kabyle à l’extrême vigilance car, précise le communiqué, « la succession de Bouteflika se prépare dans l’ombre de l’intrigue et qu’à chaque séisme qui secoue la mafia militaro-politico-financière algérienne à la veille de chaque succession, la Kabylie est livrée en victime expiatoire au sadisme des forces machiavéliques algériennes ».

zp,
SIWEL 111721 JUIN 13

* Draâ Ben Kehdda en arabe = ex Mirabeau en français = ex ? en kabyle. Le nom kabyle de cette localité a été perdu en raison des volontés coloniales de substitutions identitaires qui ont consisté à effacer la toponymie kabyle à force de débaptiser et de rebaptiser les noms de lieux kabyles par des noms arabes ou français.




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu