Exploitation du sable d’Asif N’Sebaou: Le général Bousteilia et Moh El Qom derrière ce pillage

10/05/2013 - 18:18

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le premier homme qui est à la tête de cette organisation est du village Draâ Khlifa, localité de Sidi Naâmane. Il s’appelle Bérahel Mohamed, mais il est appelé sous le sobriquet de Moh El Qom. C’est lui seul qui gère cette richesse. Rien ne se fait sans son aval dans le domaine de l’exploitation du sable à Tizi-Ouzou, alors que l’extraction du sable est une activité officiellement interdite par la loi.


Exploitation du sable d’Asif N’Sebaou: Le général Bousteilia et Moh El Qom derrière ce pillage
Le pillage des richesses de la Kabylie est devenu une priorité pour le pouvoir. Le sable est l’une des matières ciblées par la mafia et les hauts gradés de la gendarmerie. Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil sur tout le long de la rivière de Sébaou pour se renseigner et se rendre compte sur ce drame écologique.

Pour assurer une meilleure exploitation et dans les plus brefs délais, le régime central d’Alger interdit l’exploitation du sable aux Kabyles, mais d’autres personnes, constituées de la mafia locale et de certains responsables de l’armée, dictent leur lois et spolient à leur guise le sable de toute la région de Tizi Wezzu.

Tamurt a mené une petite enquête sur cette affaire. Le premier homme à la tête de cette organisation, Bérahel Mohamed, appelé communément Moh El Qom.du village Draâ Khlifa, localité de Sidi Naâmane, est seul à gérer cette richesse. Rien ne se fait sans son aval dans le domaine de l’exploitation du sable à Tizi-Wezzu, alors que l’extraction du sable est une activité officiellement interdite par la loi. Une peine de prison ferme d’une année et une saisie du matériel durant cinq ans à tous ceux qui activent dans le domaine.

Seul Moh El Qom est autorisé à faire ce qu’il veut du sable à Tizi Wezzu. Notre source, qui est bien renseignée, et vérifiée sur le terrain, atteste que cet habitant de Sidi Naâmane, possède plus de 300 camions de gros tonnage et plus de 120 engins qui activent parfois jour et nuit au niveau du Sébaou. Il possède un parking entre la localité de Tadmaït et Baghlia.
D’importantes quantités de sable sont extraites au quotidien et transportées vers la région algéroise, en dehors de la Kabylie. Personne ne réagit. Les camions de Moh El Qom ne sont jamais inquiétés devant les barrages de sécurité dressés entre Alger et Tizi Wezzu. Comment ce simple citoyen bénéficie d’un tel privilège ? Notre source indique que son associé, ou le numéro deux de cette organisation de la mafia du sable en Kabylie, n’est autre que le premier homme de la gendarmerie, le général Bousteilia.

Des milliards de centimes sont gagnés par mois dans le trafic du sable. Une matière interdite pour tout Kabyle. Par ailleurs, la question qui taraude les esprits est de savoir pourquoi les groupes islamiques armés qui pullulent dans les alentours du Sébaou n’ont jamais touché au matériel de Moh El Qom et de son général Bousteilila ? Deux camionneurs ont témoigné que les terroristes eux-mêmes tirent profit de cette exploitation du sable. Un certain pourcentage est versé par les propriétaires des sablières aux groupes armés. Difficile de confirmer cette information, mais une chose est sûre, les terroristes ne laissent pas tranquille toutes ces sablières sans contrepartie.

Siwel avec Tamurt



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu