Exécution du vice-consul algérien par le Mujao : le silence étrange du pouvoir

03/09/2012 - 12:38

ALGER (SIWEL) — Ahmed Ouyahia, Premier ministre algérien et ses ministres intérimaires n’ont pas voulu aborder la question relative à l’exécution de Tahar Touati, vice-consul algérien, détenu au Mali par le groupe terroriste Mouvement pour l’unicité et le jihad à l’Afrique de l’ouest (MUJAO), depuis le mois d’avril écoulé.


Le pouvoir algérien a adopté la logique du silence face à la détresse des familles. PH/DR
Le pouvoir algérien a adopté la logique du silence face à la détresse des familles. PH/DR
Hormis Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, qui a indiqué qu’il n’y a pas de nouveau dans cette affaire, les autres ministres, dont Ahmed Ouyahia, ont préféré « fuir les questions des journalistes » qui couvraient l’ouverture de la session d’automne de l’APN.

Pour rappel, le MUJAO a indiqué, depuis plus de 48 h, que le vice-consul algérien, détenu avec d'autres diplomates algériens, a été exécuté.

Les familles des otages ont été reçues, hier, par un responsable du ministère des AE pour traiter de cette affaire.

Une affaire dont la fuite en avant, le silence et la rétention de l’information sont la constante du régime algérien.

aai
Siwel 031238 sept12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu