En réaction à des provocations de militaires : les citoyens d’Adekkar assiègent la daïra (sous-préfecture)

12/09/2012 - 20:54

ADEKKAR (SIWEL) — Cet après-midi, plusieurs jeunes des villages de la région d’Adekkar, dans le département de Vgayet en Kabylie ont assiégé le siège de la daïra de la localité, après la provocation des militaires algériens qui ont attenté à l’honneur de ces villageois.


Les citoyens d'Adekkar assiègent toujours la daïra. PH/Siwel
Les citoyens d'Adekkar assiègent toujours la daïra. PH/Siwel
C’est en réaction aux provocations dont étaient victimes des jeunes filles de la part des militaires algériens en position dans la région kabyle d'Adekkar que des jeunes des villages ont décidé d’assiéger la daïra (sous-préfecture) de la localité, où, ces mêmes militaires se sont réfugies après avoir accompli leur forfait. Selon des témoins, un parent d'une des jeunes filles qui a essayé d'intervenir, a été agressé par les militaires qui rodaient, en tenue civile, dans la ville.

Selon des témoignages recueillis par Siwel, ces jeunes qui ont pris pour cible la daïra ont réagi contre les provocations des militaires.
Selon ces mêmes témoins, ces militaires ont pris pour habitude de provoquer les jeunes filles de passage devant leur campement, dans le but, ont-ils précisé, « de porter atteinte aux citoyens de la région ».


Des centaines de personnes présentes à la manifestation. PH/Siwel
Des centaines de personnes présentes à la manifestation. PH/Siwel
Ils ajoutent que ce n’est pas « la première fois que ces mêmes militaires tentent à travers des comportements condamnables d’attenter à l’honneur des jeunes filles de la localité ».

« Nous avons assiégé la daïra car les militaires, auteurs de ces provocations, ont pris la fuite vers cet endroit ». Au moment où nous mettons sous presse, le siège de la daïra est toujours occupé par des manifestants en colère. L’occupation de la daïra dure depuis 13 h.

Même la venue d’un haut responsable militaire n’a pu régler le contentieux. En fin d'après midi, le commandant de secteur militaire est venu pour négocier la libération des otages, mais en vain. Les jeunes manifestants ont répondu: « on veut le départ de l'armée ».

Les citoyens de cette localité réclament, à l’instar des autres localités de Kabylie, la démilitarisation de la région. Des milliers de militaires algériens occupent la région depuis plusieurs années, sous le prétexte fallacieux de la lutte antiterroriste.


Une prise de parole a été improvisée sur place. PH/Siwel
Une prise de parole a été improvisée sur place. PH/Siwel
A signaler la présence de militants du MAK au rassemblement, dont Arezki Mohamed, secrétaire national du MAK à la logistique qui a assuré que « les citoyens sont déterminés à mettre fin aux agissements irresponsables et provocateurs des militaires ».

De son coté, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) estime que la réaction des citoyens d’Adekkar est légitime et appelle les Kabyles à rester vigilants et à exiger le départ des militaires de la Kabylie. " Après les incendies criminels, l'ANP passe à un autre stade de provocation à savoir l'atteinte à l'honneur de nos familles. Le MAK réitère son exigence de démilitarisation de la Kabylie pour mettre fin à l'occupation d'une Armée algérienne qui au lieu de sécuriser la région s'érige en armée coloniale." déclare à Siwel, Bouaziz Ait chebib, président du mouvement autonomiste.

aai
SIWEL 112054 SEP 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu