SIWEL | Agence kabyle d'information

En campagne contre le MAK , le wali de Tizi-Ouzou fait une série de meetings en Kabylie

09/12/2015 - 17:22

AT WAGNUN (SIWEL) — Lors d’une visite effectuée, avant-hier à At Wagnun, le Wali (Préfet) de Tizi Ouzou, Brahim Merad, en représentant direct de l’administration arabo-islamique algérienne en Kabylie, a de nouveau tiré à boulets rouges sur le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), rééditant ainsi son discours de la semaine dernière lors de sa visite dans les localités kabyles d’At Dwala et de Maatkas.

En effet, lors de ces précédentes rencontres avec les citoyens, et alors que les représentants de la société civile (du moins ceux qui ont réussi à l’approcher) lui faisaient remarquer les graves insuffisances de la Kabylie en matière d’infrastructure de bases, le wali n’avait eu comme seule réponse un discours fleuve dans lequel il accusait le MAK de tous les maux.

Il semble donc que l’objectif de cette série de visites du wali répond à la mise en œuvre d’une propagande d’Etat visant à faire campagne contre le MAK, une propagande assurée par une série de meeting du wali en personne pour dissuader les jeunes kabyles de « participer au Pré-Congrès du MAK » …


En campagne contre le MAK , le wali de Tizi-Ouzou fait une série de meetings en Kabylie
En effet, le journal algérien Liberté rapporte qu’à At Wagnun, « le wali de Tizi Ouzou, Brahim Merad a accusé le mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie de « manipuler des jeunes dont l’âge ne dépasse pas les 30 ans, en leur promettant des visas, pour ensuite les amener à organiser un Pré-Congrès »… faisant allusion à la tenue, malgré le pressions exercées, vendredi dernier du Pré-Congrès de la Confédération MAK Tizi Ouzou-Boumerdes au village At Zellal.

Faisant clairement campagne contre le MAK, le Wali de Tizi Ouzou Brahim Merad a déclaré publiquement qu’il « n’aime pas le MAK » et qu’il appelle la population kabyle « lui barrer la route ».

Le MAK gagne en crédibilité à chaque fois qu'un dignitaire du régime colonial algérien, sous l'effet de la panique et de la peur, le dénigre.

Le représentant de l’administration arabo-islamique à Tizi Ouzou désespère de voir le MAK prospérer en Kabylie : « c’est quand même dommage de ne pas voir la société réagir. Il ne faut pas laisser ces gens-là élargir leur mouvement pour qu’il devienne un danger pour le pays ». se plaint-il...

Pour soutenir le wali de Tizi-Ouzou dans sa campagne contre le MAK, un "député" RND de Tizi Ouzou, Tayeb Mokadem, a réagi pareillement au lendemain de l’organisation du prés-congrès du MAK à At Zellal en rendant public une lettre ouverte sur l’unité de « El Djazair Bilad El Aaza oua El Karama », conformément à la formule chère à son président "Agujil Bwawal", Ahmed Ouhayia…

Bref, comme on dit, "les chiens aboient et la caravane passe"...

cdb/zp,
SIWEL 091722 DEC 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu