Embouteillage : Quatre heures de Tamda à Six Umedur, de l’incroyable

02/04/2013 - 12:51

TAMDA (SIWEL) — Sans même prendre la peine d’informer les routiers et les usagers de la voie express (RN12) reliant Tizi-Wezu aux localités de Freha, I3ezugen (Azazga), Timizart. Les routiers doivent patienter jusqu'à quatre pour, atteindre depuis Tamda la zone industrielle de Oued Aissi. En cas d’urgence vitale, il y a largement le temps de mourir 10 fois, mais qui s’en soucie ?


La moindre des choses aurait était de prévoir des déviations avant de lancer les travaux, d’une part, et informer les citoyens,d’autre part,  mais que se soucie de ce dernier ? En tout cas pas les autorités locales….(PH/DR/Archives)
La moindre des choses aurait était de prévoir des déviations avant de lancer les travaux, d’une part, et informer les citoyens,d’autre part, mais que se soucie de ce dernier ? En tout cas pas les autorités locales….(PH/DR/Archives)
Par Hamid Ait Slimane,

Les autorités locales de Tizi-Wezu ont décidé de lancer des travaux sur ce tronçon au niveau de l’embranchement menant vers Tizi-Rached, provoquant du coup un étranglement de la voie. Conséquence immédiate : un bouchon monstre, dans les deux sens de la voie, obligeant les usagers de cette route à prendre leur mal en patience pour rejoindre leur destination.

En effet les routiers doivent patienter plus de 3 heures, voire quatre pour, atteindre depuis Tamda la zone industrielle de l’Oued Aissi. C’est quasiment de l’incroyable ! On imagine ainsi le calvaire que cela fait subir aux automobilistes sans parler des femmes enceintes, des enfants et aussi des malades qu’il faut transporter d’urgence !

Les routiers sont de fait soumis à une rude épreuve, sans en avoir été préalablement informés de manière à prendre leurs dispositions. Personne ne connait la nature de ces travaux, certains supputent un élargissement de la voie, d’autres la construction d’un tunnel et d’autres encore de travaux « d’art ». Il n’y a aucune considération pour les usagers et personne ne se soucie des désagréments engendrés. La moindre des choses aurait était de prévoir des déviations avant de lancer les dits travaux d’une part et informer les citoyens d’autre part, mais que se soucie de ce dernier ? En tout cas, pas les autorités locales…

Otage des indécisions des élus et des autorités locales, le citoyen kabyle ne sait à quel saint se vouer sauf pester et prendre son mal en patience. A l’exercice, il semble être rodé tellement on lui a fait avaler des couleuvres de toutes sortes.

has/wbw
SIWEL 021251 AVR 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu