Du congrès de la Soummam au 3ème congrès du MAK (Contribution de Amar At-Ali-Usliman)

26/02/2016 - 00:17

CONTRIBUTION (SIWEL) — Les militants, sympathisants et amis du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) qui s’apprêtent avec enthousiasme à tenir ce vendredi 26 février 2016 leur 3ème Congrès en Pays kabyle et qui afflueront des quatre coins de la Kabylie et de la diaspora, seront sous la protection du village kabyle (lanaya n-taddart), tout comme le furent les congressistes de la Soummam en 1956, n’en déplaisent aux indics locaux... À vous les salles et les moyens infects du régime, à nous l’honneur et lanaya des villages kabyles !


Les militants, sympathisants et amis du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), s’apprêtent avec enthousiasme à tenir leur 3ème congrès en Pays kabyle.

Au moment où les partis politiques kabyles affiliés à la régence d’Alger, bénéficient des salles et autres moyens mis à leur disposition par leurs parrains pour « fêter un anniversaire » ou tenir « un congrès des octogénaires de la wilaya », les jeunes et dignes militants du mouvement souverainiste kabyle sont pourchassés chez eux par les sbires des autorités d’Alger et ses vils indics locaux. La haine des décideurs algériens, issus, rappelons-le, du régime des « déserteurs » de l’armée française, envers la famille patriotique kabyle est sans limite. Leur dernière forfaiture est l’empêchement de Mas Ferhat Mehenni et Mas Ahmed Haddag d’assister aux funérailles de leurs proches. Il va sans dire, que ces actes ignobles, dignes des pratiques de l’armée nazie et des crimes des sauvages de l’État islamique, ne feront que renforcer la détermination des militants du MAK et éloigner davantage le peuple kabyle de ce pays chimérique, qu’est l’Algérie.

Cette répression et la désinformation des journaleux de la presse dite indépendante d’Algérie, n’y changeront rien. Le congrès sera bel et bien tenu en terre kabyle. Il sera mené rondement par Mass Ait-Chebib et Mass Ahmed Djennadi comme l’avait fait Abane et ses amis en 1956 à Ifri Ouzellagen. Quelle que soit la modestie de l’endroit de la tenue du congrès et le manque de moyens matériels et financiers, ce qui était le cas également lors du congrès de la Soummam, les valeureux militants du MAK savent bien que les changements naissent souvent dans les petits vents.

Les centaines de congressistes qui afflueront des quatre coins de la Kabylie et de la diaspora pour prendre part aux travaux de ce congrès, seront sous la protection du village kabyle (lanaya n-taddart), tout comme furent les congressistes de la Soummam en 1956, n’en déplaisent aux indics locaux.

Les Colonels Amirouche et Dehiles, qui assuraient la vigilance lors du congrès de la Soummam, peuvent se reposer en paix. Lanaya et l’honneur des villages kabyles sont perpétués. C’est grâce à ces valeurs qu’un larbin du wali a été empêché de piétiner le drapeau national kabyle en plein Illula Oumalou. Ce sont ces valeurs qui assureront le triomphe du combat du MAK et qui concrétiseront l’édification d’un État kabyle.

À vous les salles et les moyens infects du régime, à nous l’honneur et lanaya des villages kabyles !

Amar At-Ali-Usliman

SIWEL 260017 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu