Du « Khalit » raciste à la carte antisémite, le ministère algérien de l'éducation enchaîne les scandales

18/09/2016 - 11:05

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Dans un livre scolaire officiel du ministère algérien de l'éducation, destiné aux élèves du collège, une ignominie raciste a été commise par un ministère qui donne l'impression d'être totalement dépassé. Ainsi, on peut lire dans une section dédiée à la composition de la population en Algérie : « Classification raciale : 80 % arabes, 20 % mélange de chawis, de grande Kabylie, de touaregs et de mozabites ».


Du « Khalit » raciste à la carte antisémite, le ministère algérien de l'éducation enchaîne les scandales
Ces statistiques, qui ne sont basées sur aucune donnée du terrain, ainsi que le mot « mélange » (khalit) ont soulevé un tollé dans les réseaux sociaux. La presse algérienne, dans sa logique d’occultation de l’identité kabyle, a également condamné ce « dérapage » contre des « algériens » alors même que le livre reconnaît l’existence de Chawis, de kabyles, de touaregs et de Mozabites.

3 énormités dans une phrase :

Cette phrase comporte 3 énormités :
- parler de « race » arabe et de « race » mélangée non-arabe.
- utiliser le terme « khalit » (mélange) pour parler de la diversité des Peuples Berbères est raciste et fait penser à des barbares insaisissables, des citoyens de seconde zone dont on ne comprend pas grand-chose.
- Parler de « Grande Kabylie » comme faisant partie de ce mélange non-arabe sous-entend que la « Petite Kabylie » est, quant à elle, arabe. Cela reprend des termes colonialistes dans une tentative désespérée de diviser la Kabylie alors que cette dernière fait bloc face à ces appellations que le colonisateur français a inventé et que le colonisateur algérien a repris.

Israël à la place de la Palestine sur une carte géographique :

Sur une carte géographique d’un autre livre édité à des dizaines de milliers d'exemplaires, la Palestine a tout simplement été effacée de la carte et remplacée par Israël. La ministre algérienne de l’éducation a aussitôt réagi pour demander le retrait « immédiat » de ce livre afin qu'Israël soit effacé de la carte : « J’avoue que c’est un scandale. D’autant plus que cela concerne la question palestinienne qui est sacrée (pour l’Algérie, NDLR) et que personne ne peut toucher » a-t-elle déclaré à TSA.

2 Poids deux mesures :

Benghebrit a donc appelé au retrait immédiat des livres scolaires où figure Israël, qui est pourtant un Etat reconnu par l'ONU où siège également l'Algérie, mais n’a pas sifflé mot sur la phrase raciste à l’égard de la Kabylie et des Peuples Amazighs. Israël n’existera donc plus sur le nouveau manuel, mais les peuples amazighs existeront bel et bien en tant que "khalit" minoritaire qui ne mérite pas plus d’attention que ça.

Pour une école kabyle :

Dans ce véritable feuilleton du ministère algérien de l’éducation, à l’exemple du régime algérien, qui ne sait plus où donner de la tête, quelle place doit occuper la Kabylie ?
Au-delà du devoir de rappeler à l’Algérie officielle le respect qu’elle doit au Peuple Kabyle, il est sans doute temps d’édifier une école kabyle qui garantira l'épanouissement des enfants de la Kabylie loin de ce jargon colonialiste de Benghebrit et d’un régime algérien dépassé par ses propres scandales.

nbb,
SIWEL 181202 SEP 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche