Disparition de Nihal aux Ouacifs : Les folles rumeurs remplacent la communication officielle

02/08/2016 - 09:49

AT WASIF (SIWEL) — En l’absence totale d’une communication officielle, la rumeur a pris le dessus dans l’affaire de la disparition de la fillette âgée de quatre ans, Nihal Si Mohand, qui n’a plus donné signe de vie depuis le 21 juillet dernier.


Ce constat est particulièrement vrai depuis quarante huit heures à partir du moment où une robe de fillette entachée de sang a été retrouvée par un berger au lieu-dit Azaghar, à deux kilomètres du village Ait Abdelwahab où a disparu Nihal.

A partir de cet instant, les rumeurs les plus folles, que personne sur place n’arrivait ni à confirmer ni à infirmer, n’ont pas cessé d’être relayées par certains médias. Il s’agit souvent de détails qui portent outrageusement atteinte à la dignité de la fille disparue et à sa famille. Les éléments en question, que le minimum de décence aurait poussé n’importe qui à les taire, n’ont pas cessé d'être diffusés en boucle par des chaînes de télévision exécrables à l’instar d’Ennahar TV et d’Echourouk TV, particulièrement hostiles à la Kabylie et dont les responsables se frottent les mains à chaque fois que l’occasion leur est donnée de dire du mal des kabyles.

De même que l’attitude des autorités concernées, entretenant un silence coupable, est à dénoncer avec la plus grande vigueur.

Pour revenir à l’affaire en question, il y a lieu de souligner que des personnes ayant pris part aux recherches ont indiqué que ces dernières se poursuivent avec une grande mobilisation des citoyens des quatre coins de la daira des Ouacifs et même des dairas limitrophes à l’instar d’At Yanni. Aussi, les membres de la famille de Nihal Si Mohand ainsi que des responsables des comités de villages et de l’assemblée populaire communale de At Tudert ont lancé un appel lundi à tous les journalistes pour qu’ils mettent un terme à l’ensemble des spéculations et de prendre le soin de prendre attache avec eux à chaque fois qu’une information commence à circuler pour soit la confirmer ou l’infirmer.

Avec Tamurt/Tahar Khellaf
SIWEL 020949 AOU 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche