Discours d'Obama sur la politique américaine au Moyen Orient et en Afrique du Nord

19/05/2011 - 20:31

WASHINGTON DC (SIWEL) — Le président Barack Obama a donné au Département d'Etat un discours clef de près de 45 minutes sur les orientations politiques des Etats-Unis pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.


Barack Obama au Département d'Etat ( PHOTO: DR)
Barack Obama au Département d'Etat ( PHOTO: DR)
Le président américain a déclaré que suite aux « printemps arabes », les Etats-Unis ont ouvert un « nouveau chapitre » dans leur diplomatie.

Les points clef du discours du président américain :

Un discours au cours duquel, il explique la position des Etats-Unis face aux révoltes qui ont agité ou qui agitent le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Dans les mois à venir les États-Unis doivent dit-il, « utiliser toutes les ressources possibles pour encourager les réformes en Afrique du Nord et le Moyen-Orient.  ». « Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, nous soutenons les réformes politiques et économiques qui répondraient aux aspirations des personnes. »

Il annonce un soutien économique international pour les pays qui s'achemineraient vers des démocraties, notamment l'Egypte et la Tunisie en leur permettant de réduire de 1 milliard de dollars US leurs dettes extérieures.

Son discours est par ailleurs, un avertissement à la Syrie du président Bachar al-Assad pour que celui ci mène son pays vers une démocratie ou « qu' il sorte de là ! »
En tout état de cause, le président américain déplore l'usage de la violence. « L'exemple le plus extrême est celui de la Libye où Muhamar Kadhafi a déclaré une guerre contre son propre peuple. », a t-il fait remarqué.

S'agissant de l'Iran, le président Obama déclare que les États-Unis « persiste à croire que le peuple iranien mérite de jouir de ses droits universels et a droit à un gouvernement qui n'étouffe pas ses aspirations. »

A propos du Bahreïn, il dira que les arrestations en masse et la force brutale exercée à Bahreïn sont en contradiction avec les droits universels des citoyens du Bahreïn.

Le président s'est également exprimé sur le processus de paix israélo-palestinien. S'adressant à la Palestine, il déclare : « les Palestiniens ne réaliseront jamais leur indépendance en reniant le droit d'existence à Israël. ». S'il exprime un soutient indéfectible à Israël, il soulève néanmoins la question des territoires de la vallée du Jourdain.«  Les Etats Unis pensent que les négociations devraient aboutir sur deux états. » déclare le président américain,«  avec des frontières permanentes basées sur les lignes de 1967 ». En réponse, le Premier ministre israélien est attendu à Washington demain vendredi.

Evoquant les minorités, il dira : « nous nous opposerons à toute tentative menée par un groupe de restreindre les droits d'autrui, ou toute tentative de conserver le pouvoir par la coercition et non le consentement. Parce que la démocratie ne dépend pas seulement des élections, mais aussi des institutions fortes et responsables, et le respect des droits des minorités. »

Enfin, il insistera sur la condition des femmes et citera la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis en ces termes:«  Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. Que chaque homme et aussi chaque femme est doté de certains droits inaliénables. »


mm/wbw
SIWEL 192030 MAI 11





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu