Des milliers de marcheurs répondent à l'appel du MAK à Vgayet

20/04/2011 - 13:59

VGAYET-Bejaïa (SIWEL) — Environ 20.000 personnes ont répondu mercredi 20 avril à l'appel du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie. Cette marche se veut une occasion d'exiger un référendum d'autodétermination pour les Kabyles pour une autonomie régionale.


Le MAK veut sa révolution kabyle (Photo SIWEL)
Le MAK veut sa révolution kabyle (Photo SIWEL)
La procession humaine à démarré du campus universitaire Targa Uzemmour en sillonnant les principales artères de la ville de Vgayet. Des slogans hostiles au pouvoir algérien et favorables au MAK ainsi qu'au Gouvernement provisoire kabyle présidé par Ferhat Mehenni ont été criés. Les manifestants majoritairement jeunes, n'ont pas omis de rappeler dans leurs chants la position algérienne s'agissant du conflit libyen dont ils ont dénoncé « le soutien à Kadhafi » alors qu'un drapeau des insurgés libyens était arboré par un manifestant.

Arrivés au niveau de l'esplanade de la maison de la culture, les marcheurs ont commencé à chahuter le meeting du FFS juste au moment où son premier secrétaire Karim Tabou allait prendre la parole devant des centaines de sympathisants. Les autonomistes criaient entre autre « vive GPK », mais Karim Tabou comme pour narguer ces derniers a affirmé que « c'est grâce à la rébellion du FFS en 1963 que des gens peuvent aujourd'hui manifester ». Sur la route, les automobilistes encourageaient les manifestants et même des youyous fusaient de l'intérieur des voitures.

La procession humaine a poursuivi son parcours jusqu'au siège de la wilaya (préfecture) où la tension avait monté d'un cran face au déploiement de policiers autour du siège.

Les dirigeants du MAK qui ont pris la parole ont appelé les forces politiques en Kabylie à l'union. « Cessons les déchirures, cessons l'hypocrisie et assumons notre devenir dans une nation kabyle », a martelé le SG du MAK Mouloud Mebarki. Il a invité la foule à investir les villages et les villes car pour lui « le combat doit se poursuivre » avant de rappeler « les acquis » du Gouvernement provisoire kabyle (Anavad) au niveau international.

Des passants apostrophés par Siwel bien que certains favorables à l'idée de l'autonomie doutaient de l'efficacité des marches populaires, depuis les grandes manifestations du printemps noir 2001-2003 n'ayant pas abouti à la concrétisation des revendications des Kabyles exprimées alors par le mouvement des Aârchs.

uz
SIWEL 201415 AVR 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu