Des intellectuels kabyles défendent la laïcité au Québec

04/02/2015 - 01:53

MONTREAL (SIWEL) — "La laïcité, premier rempart contre l'islamisme", telle est le titre de la lettre adressée par une vingtaine de Québécois d'origine kabyle, aux dirigeants québécois pour une réponse ferme envers l’intégrisme religieux et à leurs concitoyens pour leur rappeler que la vigilance est de mise et que la pose de balises afin de barrer la route à l'intégrisme islamiste au Québec est une urgence


Des Québécois d'origine kabyles (PH/DR)
Des Québécois d'origine kabyles (PH/DR)
«L’intégrisme, c’est le terrorisme qui n’est pas passé à l’action», souligne l'un des signataires, l'écrivain Karim Akouche.

Les signataires dénoncent notamment les propos du premier ministre Couil­lard, qui a affirmé récemment que l’intégrisme est une pratique religieuse qui demeure un choix personnel acceptable tant qu’elle n’enfreint pas les droits des autres. Ce discours est «irresponsable», s’indigne M. Akouche.

Pour eux, la création d’une charte de la laïcité est nécessaire. «On est laïque ou on ne l’est pas», explique un autre signataire, Rachid Bandou, ex-candidat au Parti québécois.

Dominique Scali du Journal de Montréal
SIWEL 040153 FEV 15

La laïcité, premier rempart contre l’islamisme

Appel de Québécois d’origine kabyle à leurs concitoyens.

La charte de la laïcité s'est invitée une nouvelle fois sur la place publique. Nous ne pouvons que nous en réjouir. La violence des événements qui ont secoué Paris et le monde entier les 7 et 9 janvier ont réveillé les consciences jusque-là endormies.

Nous sommes un groupe de citoyens québécois d’origine kabyle, impliqués dans notre communauté qui compte 50 000 membres francophones et bien intégrés à la société d’accueil. Selon nous, la vigilance est de mise et il faut de toute urgence poser des balises afin de barrer la route à l'intégrisme islamiste au Québec que nous n’avons pas peur de nommer. Devant cette menace, que plusieurs responsables politiques québécois refusent de voir, à leur tête M. Couillard, qui a déclaré récemment que l’intégrisme doit être considéré comme un choix personnel et que l’on peut tolérer tant qu’il ne s’attaque pas aux droits de la personne, il est impératif de nous faire entendre. Ce que nous avons à dire est un gage de crédibilité, car nous avons vécu une expérience traumatisante dans une Algérie ensanglantée par une décennie de terrorisme.

Il est absolument nécessaire de prendre conscience au plus vite que nous sommes face à des exaltés convaincus que l'Occident «mécréant» doit opérer sa conversion à l'islam et qu'il n'y a guère de salut pour l'humanité ailleurs. À leurs yeux, l'islam n'est pas seulement une religion, mais aussi un projet de société qu'il faut mettre en œuvre quels qu'en soient les moyens, y compris le terrorisme. Ces fanatiques, à l’instar de certains imams, sont passés maîtres dans la roublardise et le double langage. Ils prêchent l'islam tolérant publiquement, dans un langage lénifiant, mais font le contraire dans les mosquées et les ghettos montréalais. Ils usent de la taqiyya, un concept basé sur la tromperie et approuvé par la loi coranique. De ce fait, ce n'est guère le voile porté aujourd'hui par les femmes qui est en soi inquiétant, mais plutôt le symbole et l’idéologie qu’il représente. Si on n’y fait pas attention, on verra apparaître dans un proche avenir des pratiques et des revendications de plus en plus étrangères aux usages démocratiques de notre société et contraires aux règles du vivre-ensemble. D’ailleurs, les prémisses de ce changement sont déjà visibles dans les écoles et les garderies.

Ce sont le laxisme et la compromission qui ont mené l'Algérie au chaos dans les années 90. Plus de 200 000 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été massacrées au nom d'Allah. Une tragédie que rien ne laissait présager.

Ainsi, nous demandons instamment au gouvernement, à nos élus et à l'ensemble de nos concitoyens de ne pas sous-estimer le péril islamo-fasciste et d'agir pour ne pas avoir à réagir lorsque ce sera trop tard. Nous les invitons à méditer sur ce qui se passe dans les pays européens, où des banlieues entières ont été laissées aux islamistes, et à en tirer les conséquences pour le Québec.

Nous sommes convaincus que la consécration d’une laïcité réelle et concrète, conjuguée à des lois visant à bannir le langage radical et prosélyte, sera un rempart contre l’intégrisme. Elle fera comprendre à tout un chacun que les seules règles sacrées au Québec devraient être celles d’un État solide et neutre qui garantirait un vrai vivre-ensemble.

Personnes signataires :
Rachid Bandou, ex-candidat du PQ aux deux dernières élections
Nora Hamdi, femme d’affaires
Karim Akouche, écrivain et éditeur

Tahar Ait-Abdesselam, banquier
Saliha Abdenbi, citoyenne
Mourad Itim, technicien

Karima Mabrouk, humaniste

Djamel Boukhoulef, conseiller financier
Lila Keceli, travailleuse autonome
Amar Nessah, informaticien
Farida Sam, ingénieure junior
Makawsen Nekaa, dentiste
Djamila Addar,journaliste
Salah Souami, électronicien
Yani Aoulmi, informaticien
Boualem Bentayeb, militant laïque
Kaci Anseur, militant laïque
Mohand Hamrioui, analyste en informatique
Abdelatif Achiou, militant laïque

Associations signataires : Association Amitié Québec-Kabylie - Centre culturel kabyle de Montréal - Association Tafsut



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche