Dénonçant implicitement la complicité des services de sécurité avec la "mafia" locale : le wali de Tizi-Ouzou dépose sa démission

29/03/2011 - 13:46

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le wali de Tizi-Ouzou Abdelkader Bouazgui a déposé sa démission auprès du ministre algérien de l’intérieur et des collectivités Dahou Ould Kablia, a appris à Siwel d'une source sûre.


Abdelkader Bouazgui (Photo Dépêche de Kabylie)
Abdelkader Bouazgui (Photo Dépêche de Kabylie)
La « volte face » du wali est justifiée, selon notre source, par la « mauvaise gestion des services de sécurité », la police notamment, de certains « dossiers chauds » en relation avec des événements qui se sont déroulés récemment à Tizi-Ouzou.

Une situation qui a fait naître un « sérieux désaccord entre le responsable de la wilaya et le chef de sûreté accusé par le wali de grave manquement après la passivité montrée par ses services lors d’incidents survenus en présence des autorités ». La même source cite, à ce sujet, deux événements qui ont nourris les « pires spéculations sur la manière dont les services de sécurité traitent à Tizi-Ouzou ».

Le wali, le président de l'APW ainsi que les autorités civiles et militaires ont été « violemment insulté au salon d’honneur de la wilaya alors que tout ce beau monde attendait l’arrivée du ministre algérien de la santé ». Quatre jeunes ont fait irruption sur les lieux et ont insulté ces responsables avec toutes sortes d’obscénité « sans que les services de sécurité présents en nombre n’osent bouger le petit doigt ». Autre fait saillant, ajoute la source, des étudiants de la cité universitaire de Boukhalfa II, en colère contre l’agression de l’un des leurs ont organisé une marche vers la résidence privée du wali de Tizi-Ouzou. Ce dernier reprocherait aux services de police sa mauvaise gestion de la manifestation.

M. Bouazgui a, selon nos sources, reproché à la police le fait de « laisser les étudiants arrivé jusqu’à ses portes ».

« Le désaccord entre les deux parties a fait naître une crise qui a nécessité le déplacement des deux responsables concernés, Daho Ould Kablia, ministre de l'Intérieur et Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté, en l’occurrence ». Quelques jours seulement après cette visite entourée d'une totale discrétion, le chef de sûreté de wilaya est relevé de ses fonctions. Son remplaçant est Moussa Bellabas, actuel divisionnaire à Draria. Ce dernier sera, indiquent des sources à Siwel, installé demain mercredi, dans ses nouvelles fonctions.

Abdelkader Bouazgui a été placé à la tête de la wilaya de Tizi-Ouzou le 7 Octobre 2010. L'insécurité en Kabylie fait réagir de nombreuses voix parmi la classe politique et sociale locale. Plusieurs marches d'étudiants et de citoyens ont été organisées ces dernières années dans les différentes capitales de la Kabylie, notamment à Tizi-Ouzou pour dénoncer le laisser-aller des pouvoirs publics soupçonnés de « complicité de l'état de pourrissement » qui perdure dans cette région réputée pour son hostilité au pouvoir.

Le mouvement autonomiste (MAK) réclame le départ des forces de gendarmerie coupable de massacres durant le printemps noir 2001-2003 et demande de mettre les forces de police sous la tutelle d'un gouvernement régional kabyle dans le cadre d'une large autonomie.

kab
SIWEL 291313 MAR 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu