Déclaration du MAK et de l'Anavad suite à l'assassinat de deux militants kabyles

05/04/2016 - 22:26

KABYLIE (SIWEL) — Dans une déclaration rendue publique aujourd'hui, le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) et le Gouvernement provisoire kabyle (Anavad) "dénoncent avec une extrême vigueur les crimes odieux" qui ont ciblé deux militants kabyles, Mokrane Khelfane et Abdelhak Benchelli, "ravis à leurs familles, leurs proches, leurs amis et à la Kabylie pour laquelle ils luttaient chacun à sa façon".

Le MAK et l'Anavad déclarent également qu'ils " tiennent pour seul et unique responsable le régime colonial d’Alger qui multiplie à travers ses wali et ses bachaghas les déclarations d’hostilité envers les militants kabyles, appelant ouvertement à « combattre » le MAK." Ils rappellent que la violence, le crime et la terreur", constituent "le seul langage dont use, et depuis toujours, l’Etat algérien face aux revendications démocratiques et pacifiques du militantisme kabyle."

Nous publions ci-après l'intégralité du communiqué MAK et de l'Anavad


Mokrane Khelfane et Abdelhak Benchelli, "ravis à leurs familles, leurs proches, leurs amis et à la Kabylie pour laquelle ils luttaient chacun à sa façon (PH/DR)
Mokrane Khelfane et Abdelhak Benchelli, "ravis à leurs familles, leurs proches, leurs amis et à la Kabylie pour laquelle ils luttaient chacun à sa façon (PH/DR)
ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE


AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN
MOUVEMENT POUR AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE




La Kabylie en deuil

La Kabylie vit actuellement des moments graves avec le retour en force des méthodes mafieuses qui caractérisent l’Etat colonial algérien. Deux militants kabyles viennent d’être ravis à leurs familles, leurs proches, leurs amis et à la Kabylie pour laquelle ils luttaient chacun à sa façon.

Le président de l’Association culturelle AZAL, Benchelli Abdelhak, s’activait depuis 2005 dans son association pour sauvegarder le patrimoine kabyle et avait entrepris ces derniers temps de réhabiliter dans les espaces publics, les Tifinagh, l’écriture millénaire des peuples Amazighs. Il a été « égorgé » dans le local de son association à Bordj Bou Arreridj.

Le jeune militant kabyliste, Mokrane Khelfane, dit Hamiche, bien que n’étant pas organiquement structuré dans le MAK était un grand sympathisant du Mouvement et participait très activement à toutes ses activités publiques qu’il en était perçu, et par tous, comme un militant du MAK. Il a été «sauvagement tabassé » dans le parking de sa cité à Tizi-Ouzou avant de décéder des suites de cette agression. La direction du MAK à sa tête son président, le conseil régional de Tizi Ouzou- Boumerdès, ainsi que des dizaines de militants venus de plusieurs localités, ont assisté à ses funérailles pour assurer sa famille du soutien indéfectible du Mouvement.

Les circonstances ​suspectes de leurs assassinats doivent impérativement être élucidés tant ces circonstances, pour le moins troubles, correspondent en tous points aux méthodes mafieuses du pouvoir colonial algérien qui ne connait pas d’autre langage que celui de la violence, du crime et de la terreur. C’est d’ailleurs le seul langage dont use, et depuis toujours, l’Etat algérien face aux revendications démocratiques et pacifiques du militantisme kabyle.

Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et le Gouvernement provisoire kabyle en Exil (Anavad) dénoncent avec une extrême vigueur ces crimes odieux et précisent qu’ils tiennent pour seul et unique responsables le régime colonial d’Alger qui multiplie à travers ses wali et ses bachaghas les déclarations d’hostilité envers les militants kabyles, appelant ouvertement à « combattre » le MAK.

Les menaces proférées par les officiels algériens à l’encontre du MAK, visant à travers lui toute la jeunesse militante kabyle rejetant le dictât mortifère de l’arabo-islamisme, essayent encore de recourir à ses vieilles méthodes pour terroriser le peuple kabyle et le détourner de sa vocation naturelle au recouvrement de sa liberté, de son authenticité et de sa dignité.

A quelques jours des marches traditionnelles du 20 avril, le régime colonial algérien s’affole, il mobilise ses ​b​achaghas, il convoque ses commissaires de police et les élus de Kabylie pour les exhorter à « combattre le MAK », il instrumentalise de jeunes désœuvrés abandonnés à eux-mêmes, sans débouchés et sans avenir, pour les utiliser contre d’autres jeunes kabyles.

Le MAK et l’Anavad appellent la jeunesse kabyle, toute la jeunesse kabyle, ses étudiants, ses chômeurs et même ceux que l’Etat algérien considère comme « ses » voyous à la plus grande vigilance. Qu’aucun kabyle, quelle que soit ses difficultés ou la précarité de sa situation, ne soit jamais la main qui aura contribué à faire tomber un autre kabyle.

Le régime colonial d’Alger veut s’approprier les symboles kabyles du 20 avril et c’est toute honte bue, oubliant qu’il est la cause des larmes et du sang versé des kabyles, qu’il appelle lui-même à célébrer le printemps de 1980 et le printemps noir… Il n'y aura ni oubli ni pardon.

Le MAK et ​l'Anavad rappellent que le 20 avril est une journée d'action qui vise à commémorer le double anniversaire du printemps de 1980 et du printemps noir de 2001. Ils appellent les associations culturelles à ne pas organiser d'activités en ce jour symbolique afin de ne pas entraver la mobilisation populaire et à ne pas tomber dans les manipulations du pouvoir colonial algérien qui cherche par tous les moyens à démobiliser le peuple kabyle et à le folkloriser.

Bouaziz Ait Chebib,
Président du MAK


SIWEL 052226 AVR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu