Déclaration du MAK à Agadir : Le CMA appelé «à soutenir les mouvements d’émancipation et de libération des peuples Amazighs»

30/07/2015 - 10:36

AGADIR (SIWEL) — AGADIR (SIWEL) — Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) a répondu à l’invitation du Congrès Mondial Amazigh pour son 7è Congrès général tenu à Agadir les 24, 25, 26 juillet. Il y était représenté par son secrétaire Général Farid Djenadi qui a tenu, sur place, à saluer la délégation kabyle d’avoir «enterré symboliquement l'Algérie ». Farid Djenadi a également exprimé le souhait qu’à l'avenir, «les autres peuples amazighs iront dans le même sens pour enterrer eux aussi les autres entités néocoloniales nord africaines, à savoir le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie et la Libye… »

A l’occasion du 7è Congrès général du CMA, le Mouvement souverainiste kabyle était porteur d’une déclaration qui a été retransmise aux participants par Yasmina Oubouzar, porte-parole du MAK à l’étranger. Celle-ci, avant de lire la déclaration de son Mouvement, n’a pas manqué de remercier le CMA pour son invitation, de saluer la participation des peuples Amazighs, regrettant toutefois « l’absence du peuple rifain ». Saluant le drapeau fédéral Amazigh, emblème représentatif de l’ensemble de la communauté des peuples amazighs, la porte-parole du MAK a salué un à un les drapeaux Kabyle, Chaoui, Azawadien et Canarien, ajoutant qu’il était «regrettable que le drapeau Rifain soit absent».

Réitérant son « indéfectible soutien au peuple frère du Mzab », le MAK a dénoncé «le silence coupable des organisations internationales dite de défense des droits Humains et des droits des peuples, à commencer par l’ONU maintes fois alertée » précise la déclaration du MAK qui a appelé le CMA à « soutenir les mouvements d’émancipation et de libération des peuples Amazighs». Le MAK considère que « les peuples Amazighs sont désormais dans l’obligation vitale de mettre en place une dynamique de solidarité et d’entraide mutuelle » et qu’il était dans l’intérêt de tous les peuples amazighs de « mettre rapidement en place un Front des peuples Amazigh» à défaut, précise encore le MAK «c’est notre survie et notre sécurité que nous mettons en danger»…

Nous publions ci-après l’intégralité de la déclaration du MAK au 7è Congrès général du CMA


Déclaration du MAK au 7è Congrès Mondial Amazigh
AGADIR


Aytma, issetma,
Chers amis,
Azul si Tmurt n Iqvayliyen !


C’est dans un contexte lourd et endeuillé par l’assassinat de plusieurs dizaines de nos frères Mozabites, par l’arrestation du Dr. Kameleddine Fekhar et de ses compagnons que s’ouvre ce 7è Congrès Mondial Amazigh à Agadir. Avant toute chose, le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) tient à réitérer son indéfectible soutien au peuple frère du Mzab qui subit un génocide à huis-clos, dans le silence coupable de la majorité des organisations internationales dite de défense des droits Humains et des droits des peuples, à commencer par l’ONU maintes fois alertée.

Pour ce qui concerne notre Mouvement, nous considérons qu’il y a lieu de prendre acte de l’isolement dans lequel se trouvent les peuples Amazighs, sciemment livrés à la prédation coloniale arabo-islamiste. Les Peuples amazighs, de plus en plus conscients de leur situation de «colonisés», luttent seuls contre des idéologies racistes et coloniales portées par des Etats illégitimes en Afrique du Nord, de surcroît soutenus par les « instances internationales ».

De ce fait, nous considérons que les peuples Amazighs sont désormais dans l’obligation vitale de mettre en place une dynamique de solidarité et d’entraide mutuelle. La question est désormais urgente. La tragédie du Mzab nous en apporte une nouvelle preuve, violente et brutale : Les Mozabites sont assassinés, leurs maisons et leurs biens sont pillés, brûlés, leur patrimoine historique est saccagé, et ce, avec le concours des services de police et de gendarmerie algériennes. De plus, ce sont les Mozabites, et donc les victimes, qui sont arrêtés, jugés et incarcérés pour les crimes qui sont commis contre eux sans que cela ne soulève, nulle part, la moindre protestation hormis chez les peuples Amazighs eux-mêmes en situation de précarité. La justice internationale et les prétendus dépositaires universels des droits de l’Homme n’ont émis aucune protestation.

Depuis les prétendues indépendances africaines, les Mozabites, comme les kabyles, comme l’ensemble des peuples Amazighs subissent l’oppression et la répression de la part d’Etats illégitimes qui se réclament d’une Histoire, d’une culture et d’une identité étrangères à l’antique Tamazgha. A travers leur idéologie d’importation, ils n’ont qu’un seul objectif : La disparition totale et définitive des peuples autochtones Amazighs parce que justement, ils sont les peuples légitimes de cette région du monde. La culture, l’identité et la civilisation des Amazighs, qu’ils soient Nefoussis, Kabyles, Rifains, Chleuhs, Touaregs, Canariens, Chaouis ou Mozabites, est plusieurs fois millénaire.

Les peuples Amazighs sont historiquement attestés comme les peuples premiers de l’Afrique du nord, de même que sont attestées les invasions étrangères qu’ils ont eu à subir, des phéniciens aux français en passant par les romains, les vandales, les arabes, les espagnols, les ottomans…

Il n’y a aucun doute sur la légitimité des peuples Amazighs à vivre librement sur leur territoire ! C’est leur droit le plus absolu d’exister librement et officiellement sur ce territoire qu’ils ont bâti et façonné par leur civilisation millénaire. Quiconque affirme le contraire s’inscrit de facto dans l’entreprise coloniale qui vise à déposséder les peuples de leur langue, de leur histoire et de leur mémoire dans le but évident de les asservir.

Aussi, notre Mouvement apporte son total soutien à tous les peuples Amazighs qui luttent pour leur liberté, leur dignité et au final leur sécurité. Partout sur le territoire de Tamazgha, nous encourageons les militants amazighs à dépasser le cadre de la simple revendication culturelle et à militer activement en faveur de l’émancipation de leurs peuples à travers l’instauration de leur propres Etats.

Nous avons le devoir de nous rapprocher, de nous soutenir et de nous entraider. Il est dans notre intérêt à tous de mettre rapidement en place un Front des peuples Amazigh pour arracher notre droit légitime à une existence libre et digne sur nos propres territoires. Notre action unitaire renforcera nos droits nationaux et internationaux face à la politique de substitution identitaire qui tente de faire de nos peuples des étrangers sur leur propre territoire.

Les négateurs de notre existence en tant que peuples et nations usent de la misère, de la manipulation, de la torture et de l’assassinat pour nous faire taire. Ils utilisent le fanatisme religieux et l’arabisation forcée de nos enfants pour faire d’eux les artisans de leur propre négation. L’insécurité et le terrorisme qui règnent ces dernières années en Kabylie, en pays Touareg et dernièrement en pays Mzab sont les œuvres de ses despotes qui gouvernent nos peuples. Ils livrent nos territoires à la misère, au terrorisme et à toute sorte de banditisme dans le but évident de nous fermer tout horizon d’avenir prospère.

C’est de notre solidarité, de notre coopération et de notre union que jaillira le souffle de la liberté et de la dignité pour les peuples Amazighs. Nous sommes désormais mis en demeure de les concrétiser. A défaut, c’est notre survie et notre sécurité que nous mettons en danger.

Nous appelons le Congrès mondial Amazigh « à soutenir les mouvements d’émancipation et de libération des peuples Amazighs », nous l’appelons à s’inscrire dans le sens de l’histoire à la faveur des bouleversements géopolitiques en cours en Afrique du Nord et dans le Sahel. Les Etats postcoloniaux, créés par les anciennes puissances coloniales ne sont nullement représentatifs des peuples Amazighs qui sont à ce jour réprimés et même combattus par ces Etats qui pratiquent contre eux une politique coloniale.

Notre union fera notre force !
Vive Imazighen !
Longue vie aux peuples Amazighs !

Agadir, le 24 juillet 2015

Pour le MAK,
Yasmina Oubouzar,
Porte-parole à l’étranger


SIWEL 301036 JUIL 15

Ci-après en pièce-jointe la déclaration du MAK au 7è Congrès général du CMA à Agadir

declaration_du_mak_au_7e_congres_mondial_amazigh_2015_07_24.pdf Déclaration du MAK au 7è Congrès Mondial Amazigh_2015.07.24.pdf  (86.51 Ko)




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu