Déclaration de soutien de l'ACB de Milan à l'Azawad indépendant

09/04/2012 - 11:10

MILAN (SIWEL) — L'association culturelle berbère de Milan apporte son soutien à l'Azawad indépendant.


Déclaration de soutien de l'ACB de Milan à l'Azawad indépendant
DÉCLARATION DE SOUTIEN DE L'AZAWAD INDÉPENDANT

L' Association Culturelle Berbère (ACB) de Milan, ayant pris connaissance de la proclamation de l'indépendance
de l'Azawad, diffusée hier, vendredi 6 Avril 2012, 2962 Sh. (Sheshonq), par le Mouvement National de
Libération de l'Azawad (MNLA),

exprime

son soutien pour cet acte courageux qui aspire à réparer l'injustice historique commise à l'encontre du peuple
Touareg (Kel Temajeq) lors de son intégration forcée dans l’État du Mali en 1960;

espère

que la direction et les dirigeants du MNLA demeurent fidèles aux principes proclamés de laïcité et d'égalité de
tous les citoyens de l'Azawad sans nulle discrimination de race, de sexe ou de religion;

fait appel

• au gouvernement italien, à l'Union Européenne et la communauté internationale à soutenir les droits légitimes
du peuple de l'Azawad, en reconnaissant l’État indépendant de l'Azawad et d'établir des contacts pacifiques et de
coopération avec celui-ci, du fait que seul un État véritablement démocratique et responsable devant ses citoyens
peut venir à bout du fanatisme, du terrorisme et du trafic illicite en cours en Afrique subsaharienne;


• à tous les organismes et les personnes de bonne volonté pour qu'ils expriment eux aussi leur solidarité avec
l'Azawad et lutter pour la reconnaissance internationale de son indépendance;

rappelle

qu'il s'agit d'un moment historique pour le peuple touareg, qui pendant des décennies a souffert des divisions
insensées du Sahara faites par les puissances européennes par calcul sans tenir aucunement compte de la volonté
des populations locales et que, en particulier pour les Européens, il est temps de réparer, au moins en partie, les
torts infligés aux peuples africains avec la colonisation d'abord, puis avec une «décolonisation» qui, loin de
restituer la souveraineté aux peuples dominés, il perpétue leur exploitation.
Ignorer la lutte de plus de cinquante ans du peuple de l'Azawad et rejeter sa demande d'indépendance, sous le
couvert de «stabilité» de la zone, équivaudrait à persévérer dans l'hypocrisie et le refus de corriger ses propres
erreurs commises par le passé.

cc
SIWEL 091110 AVR 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu