Décès de Kheloui Lounes : Hommages et colère sur les réseaux sociaux

03/11/2016 - 20:06

KABYLIE & DIASPORA (SIWEL) — La Kabylie est en deuil suite au décès de Kheloui Lounes. Le chanteur kabyle apprécié pour son art mais aussi pour sa simplicité et sa générosité est parti brusquement et trop tôt, à l'âge de 66 ans. Sur les réseaux sociaux les réactions sont nombreuses. Beaucoup de messages de tristesse et de condoléances mais aussi de colère contre les autorités coloniales algériennes.


Des réalisations graphiques, des montages et autres photos du chanteur décédé se multiplient sur Facebook depuis l'annonce du décès de Lounes Kheloui. Des personnes connues et anonymes, de Kabylie ou de la diaspora kabyle ont, chacun à sa façon, exprimé leur tristesse et ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt. Plusieurs messages de colère également, notamment à cause du drapeau algérien qui couvre le cercueil de Kheloui Lounes et de la non prise en charge à temps d'un transfert en France du malade par les autorités coloniales algériennes.


Le drapeau algérien couvre le cercueil :

Plusieurs internautes ont exprimé leur colère que les autorités algériennes se soient dépêchées à couvrir le cercueil de Kheloui Lounes d'un drapeau algérien. Il y en a qui ont décidé, suite à cela, d'aller rendre un dernier hommage à l'artiste kabyle munis de leurs drapeaux kabyles.

Racid At Ali uqasi, qui a passé dix jours avec Kheloui Lounes lors de sa tournée en Amérique du nord, a expliqué qu'il ne comprenait pas pourquoi mettre un drapeau algérien sur le cercueil de l'enfant de la Kabylie, qui, de son vivant, chérissait le drapeau kabyle et le drapeau amazigh : " A plusieurs reprises et avant son gala du 21 mai 2016, il ne cessait de me rappeler de ne pas oublier de mettre les deux drapeaux Kabyle et Amazigh " a-t-il précisé avant d'enchainer : " nos artistes, comme Mohya, Brahim Izri, Matoub, Kheloui, Cherif Kheddam, ... souvent naissent, vivent et respirent comme Kabylo-amazighs. Mais ils meurent comme des turco-arabes. "

A rappeler que Lounes Kheloui a tenu à prendre part à la marche du 20 Avril 2015 à Tizi Wezzu où il a brandi fièrement le drapeau national kabyle.

Ould Ali Lhadi, ministre de l'Algérie coloniale, qui prend la pose avec Kheloui Lounes au lieu de lui proposer une prise en charge à l'étranger
Ould Ali Lhadi, ministre de l'Algérie coloniale, qui prend la pose avec Kheloui Lounes au lieu de lui proposer une prise en charge à l'étranger
Pas de prise en charge de la part de l'Etat algérien :

Comme l'a souligné le président de l'Anavad lui-même : "Là où j'ai été indigné ce fut quand Ould Ali El Hadi, en tant que représentant de l'état colonial algérien était allé lui rende visite non pas pour lui remettre une prise en charge de son évacuation dans un hôpital français où se soignent les membres du clan du régime, mais pour prendre des photos, poser avec le malade pour gagner des sympathies kabyles à leurs propres chaînes", s'est indigné Mas Ferhat Mehenni dans un communiqué.

Kamira Nait Sid n'a pas mâché ses mots contre l'indifférence des autorités algériennes : "Je suis révoltée et en colère par l'hypocrisie des soi-disant responsables. Quand il s agit des dinosaures corrompus les solutions sont faciles et rapides. Maudite Algérie , honte à l’Algérie "

Le chanteur Akli Drouaz a lui aussi, dans un message émouvant, exprimé sa colère : "Après avoir tout sourire, reçu un ministre sur son lit d'hôpital, Monsieur Lounas Kheloui n'attendra pas sa prise en charge, rien à ****** du Val de Grâce, de dz-assistance, ni d'hélico-sanitaire. D'autres cons iront se soigner à sa place, qu'importe, le cheikh ira rejoindre son maître de l'Ile lointaine. Je suis certain que déjà, il lui prépare une qaada."

Messages de sympathie et de condoléances :

Les messages de condoléances sont nombreux, ceux des personnes citées-ci dessus mais aussi de personnes anonymes.
Nadia Matoub, la veuve de Lounes Matoub, pour sa part, a déclaré : "Nous lui sommes reconnaissants pour sa générosité d’art. Son apport à notre patrimoine culturel est incommensurable et la Kabylie le compte dans son panthéon artistique."

Sakina Ait Ahmed, ancienne ministre de la culture et de la langue kabyles au sein de l'Anavad, a choisi un poème du chanteur pour lui rendre hommage :
Γas ad nruḥ d iseflawen
Wala tudert ma ḥekmen-aɣ
Tamurt i neqqen ṭṭelba
Trennu deg ifennanen
Ẓriɣ d acu i d sebba
Ma d nekk ur d iyi-ttɛerriben
Tagmat si zik i telha
Kkert ay imaziɣen
Tagmat si zik i telha
Akit a y iqvayliyen

La veillée aura lieu ce jeudi soir en son domicile sis lotissement Sud-Ouest (entrée ouest de Tizi-Wezzu).
La levée du corps et l'enterrement de l'artiste se feront demain vendredi à 11h à partir de son domicile à Taddart-Tamuqrant, Ihesnawen, à 10km au Sud de Tizi-Wezzu.
Une foule très nombreuse est attendue.

nbb/wbw
SIWEL 032006 NOV 16




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche