Décès d'une parturiante à la clinique Sbihi: Des citoyens marchent pour exiger la vérité

05/10/2013 - 18:28

TIZI-WEZU (SIWEL) — Comme prévu, des centaines de personnes ont répondu à l’appel des habitants des quartiers de la ville de Tizi Wezzu pour dénoncer « l’abattoir » qu’est devenu depuis quelque temps la clinique Sbihi Tassadit, une structure sanitaire spécialisée pourtant dans la chirurgie obstétrique.


Plusieurs autres femmes ont trouvé la mort dans cette clinique. PH/DR
Plusieurs autres femmes ont trouvé la mort dans cette clinique. PH/DR
Un rassemblement a été organisé ce matin devant la cour de justice de la ville de Tizi Wezzu pour réclamer l’entière vérité sur le décès de la jeune femme, H. DJ, âgée de 32 ans, au moment d’accoucher à la clinique Sbihi. Les proches de la victime ont accusé directement le personnel médicale de négligence ce qui a entrainé la mort de la parturiente.

Selon l’un des proches de la victime, d’autres femmes présentes le jour du décès, sont prêtes à témoigner que les infirmières de la clinique Sbihi ont refusé de porter assistance à la victime qui criait de toutes ses forces. L’une des infirmières aurait même insulté et proféré des obscénités à la jeune parturiente de quartier Sud-Ouest de la ville de Tizi Wezzu. Un enregistrement par un téléphone portable est entre les mains des parents de la victime, ajoute notre source.

Les manifestants ce matin ont scandé à tue-tête des slogans contre les responsables de la santé à Tizi Wezzu. La corruption, le favoritisme et les négligences qui gangrènent ce secteur névralgiques ont provoqué l’ire de la population d Tizi Wezzu. Le cas de la clinique Sbihi n’est pas singulier. Toutes les structures sanitaires de Tizi Wezzu sont pointées de doigt par les citoyens.
A rappeler que plusieurs autres parturientes ont trouvé la mort dans la même structure depuis quelques années.

ns, dm
SIWEL 05 1828 OCT 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche