De l’agent culturel du pouvoir … le cas d’Aourid par Saïd CHAOU

05/03/2015 - 11:38

RIFLAND (SIWEL) — Il semble que le fonctionnaire du pouvoir qui se dit intellectuel, bien qu’il sache plus que quiconque que l'intellectuel n’est en aucune façon un défenseur des thèses de l'autorité usurpatrice de la volonté du peuple, et encore moins quand il est son porte parole officiel , ou un haut fonctionnaire et le rédacteur en chef de ses discours autoritaires, luttant jour et nuit contre les moulins à vent pour qu’il ne s’éloigne pas loin de Dar-el-Makhzen / La maison des autorités [1] et ses privilèges, et ce à travers les sorties médiatiques à plus d'un niveau qui ne sauraient dépasser le stade de simples danses du ventre afin de satisfaire son ami, et que tout ce qui sort de Mr. Hassan Aourid ne sort pas du cercle des orientations centrales du pouvoir.


Saïd Chaou, ancien député de la province rifaine d’Al Hoceima, est aujourd'hui un indépendantiste rifain  ( PH/DR)
Saïd Chaou, ancien député de la province rifaine d’Al Hoceima, est aujourd'hui un indépendantiste rifain ( PH/DR)

Dans un article récent intitulé « De la structure parallèle" le rédacteur en chef des discours de l'autorité a essayé de faire passer l'idée qu'il sait avant tout le monde qu’elle n’est pas conforme à la réalité philosophiquement parlant, parce que la théorie de la "structure parallèle" qu’il a essayé de défendre n’est en aucune façon basée sur des critères scientifiques, mais plutôt un pur fantasme.

La Turquie, l'Italie, l'Algérie et d'autres exemples donnés par l’ancien porte-parole du palais n’ont jamais connu ce qu'il a appelé la « structure parallèle ». Les forces dont il a parlé au motif qu'ils étaient «parallèles» et «une menace pour l'État » n’est que le produit des alliances hybrides et très complexes entre plusieurs intérêts d’État et ses appareils, et même si nous supposons qu'il y a une « structure parallèle » dans ces modèles ou dans d'autres à travers le monde, il n’est en aucun cas possible de les reporter sur d'autres pays, car chaque pays se caractérise par un contexte particulier, comme il le sait très bien l’agent culturel du pouvoir.

La contrebande et le trafic de drogue dans le Nord, selon l’expression de M. Aourid n’est pas une « structure parallèle » mais plutôt une structure transversale avec le système makhzénien dont M Aourid fait partie. Pour information et pour en avoir le cœur net, les gardiens de tous ces réseaux ne sont que les hauts gradés du pouvoir lui-même, et dans le cas d'IZZOU nous avons la meilleure preuve.

Les organisations islamiques n’ont jamais été en aucun parallèles mais c’est une créature du makhzen lui-même , je ne pense pas que Aourid a besoin de lui rappeler la façon dont Hassan II a fait rentrer la pensée wahhabite pour faire face à la gauche à un stade sensible de l’histoire du pays, ou qu’il ait besoin de lui rappeler la manière dont on a communiqué sur le scénario des événements du 16 mai à Casablanca, et de la façon d'élargir la base des courants salafistes afin de renforcer la soi-disant la commanderie des croyants, à un moment où la croyance en cette hérésie se rétracte parmi de larges segments de la société, en particulier parmi les jeunes.

L’agent culturel de l’autorité a cité de nombreux modèles pour dire à la fin de l'analyse que l’argent de la drogue, qu’il considère comme une « structure parallèle » a permis également à un baron très connu d’intégrer le Parlement avant d'appeler à l’unité du RIF à partir des Pays-Bas! Il n’a pas cité le sort de ces recettes (drogue) qui sont investis dans les projets du parti de son ami au Palais, et dans d’autres partis et des processus politiques formant ainsi une partie intégrante du système makhzénien au Maroc, et non une structure parallèle à lui.

Et entre ceci et cela, je ne pense pas que M. l'ex historien de Dar-el-Makhzen puisse perdre de vue les faits historiques pour lui rappeler la longue Histoire du RIF comme une entité indépendante, comme chacun le sait, de dire que nous appelons à l’unité du RIF, comme s’il s’agit du démantèlement d'une unité sociale homogène, or la position du haut fonctionnaire et ses privilèges sont plus forts que son indépendance d’esprit pour qu’il reste en fin de compte un agent qui rédige les discours du pouvoir.

Un intellectuel qui se respecte n’étale pas ses muscles intellectuels pour se mettre au service de l'autorité usurpatrice de la volonté du peuple, et il l’est moins quand il est une partie de celle-ci et son porte parole officiel, cette règle générale, Aourid et d'autres, la connaissent bien. Malgré cela il ose annoncer effrontément qu’il est intellectuel l! Peut-être, à l'instar des agents des dictateurs les plus notoires de l'Histoire et qui sont bien connus par M. le serviteur culturel du dictateur…

Said CHAOU

[1] - Le palais royal de Dar el Makhzen ou Fez la nouvelle est un palais situé à Fez nouvelle , c’est le siège des monarques marocains et de leurs gouvernements.

SIWEL 051138 MARS 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu