Coupe d’Algérie : Les petits arrangements de Bouteflika

14/04/2013 - 11:31

ALGER(SIWEL) — La finale de la Coupe d’Algérie se jouera, enfin, entre les deux clubs algérois. Après la qualification du MCA et de l’USMA, des langues commencent à se délier, et dénoncent une manipulation grotesque des résultats des autres clubs algériens. Ainsi, une source à l’intérieur de la Fédération algérienne de football, qui a requis l’anonymat, a confié à Siwel certains détails selon lesquels Bouteflika aurait combiné, via Mohamed Raouraoua les résultats.


Bouteflika, Rouaraoua, quand le foot est une affaire de laboratoire du régime. PH/DR
Bouteflika, Rouaraoua, quand le foot est une affaire de laboratoire du régime. PH/DR
Notre source a souligné que les clubs comme la JSK, USM Blida, JSM Bejaia, Wa Tlemcen, ES Constantine…, ont montré dés le début de la compétition des faiblesses pour accéder aux derniers paliers de la compétition. Ainsi, notre source a mis l’accent sur les défaites de la JS Kabylie qui expliquent son « exclusion » de la course à la Coupe d’Algérie.

« Le but recherché par le pouvoir est d’éviter le mécontentement des jeunes algérois en cette période d’ébullition sociale que connait le pays », explique notre source qui a précisé que « c’est Bouteflika lui-même qui a ordonné, comme d’habitude, à Raouraoua de faire le maximum pour y parvenir », d’où, ajoute-t-elle, « les sempiternels problèmes qui secouent la JSK et les autres clubs ».

« Hannachi a mis le club dans une spirale interminable d’instabilité afin de justifier les différentes défaites », souligne la même source. Elle ajoute qu'avant « le pouvoir cherchait plutôt à offrir le titre à des clubs différents afin de cimenter la cohésion nationale », mais depuis le début de la saison « Bouteflika et ses services ont préféré laisser la Coupe à Alger pour éviter la colère des jeunes algérois, dont la situation est pire que celle des autres jeunes du sud ou des autres régions ».

Ce n’est pas la première fois que des voix s’élèvent pour dénoncer ces pratiques mafieuses. Notre source explique cela par la place qu’occupe le football dans la société algérienne. « Des milliers de personnes oublient leurs soucis quotidiens pour se consacrer juste pour le football », a-t-elle indiqué.

Pour éviter la contagion du mouvement de colère des jeunes du sud, le pouvoir joue à la manipulation. Notre source a ajouté en denier lieu : qu'« il suffit juste de voir la réaction de Bouteflika lors de la Coupe d’Afrique et au même moment son silence après l’attaque de Tiguentourine », pour comprendre que son 4e mandat se repose sur ces manipulations comme il l’a fait pour la Constitution.

ah
SIWEL 14 1131 AVR13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu