Contribution de Yacine Cheraiou à la Conférence Nationale Kabyle

04/11/2014 - 14:01

DIASPORA (SIWEL) — La contribution de Yacine Cheraiou, ancien cadre du MAK/France a rappelé qu'à chaque fois que la Kabylie est en danger "qu’à chaque fois que la Kabylie était en danger, on a su, en tant que peuple épris de liberté, dépasser certaines divergences pour nous unir". Tout en estimant que "notre combat pour la liberté est d'abord un droit naturel qui est légitime et qui n'a guère besoin d'aval ou de préavis" , il a mis l'accent sur les capacités de la Kabylie à se prendre en charge dans tous les domaines: "La Kabylie est en mesure de se développer grâce à l’économie créative, une économie qui ne dépend pas de ressources naturelles, comme c’est le cas des économies classiques, telle que l’industrie, l’agriculture, l’énergie…"
Ci-après l'intégralité de sa contribution.


Contribution de Yacine Cheraiou à la Conférence Nationale Kabyle
La Kabylie : une histoire, un combat et un espoir.

« L’homme n’est pas achevé quand il est vaincu. Il est achevé quand il abandonne. » Richard NIXON 37ème Président des USA.

La lutte du peuple kabyle pour sa liberté a traversé le temps et l'espace de notre histoire sans qu'elle aboutisse à une solution définitive et durable.Pour autant, notre volonté, en tant que peuple et nation, à vivre librement ne souffre d'aucune faiblesse et n'est touchée d'aucune vanité.

L'idée que nous défendons, toutes et tous, est incontestablement la liberté de notre peuple.Cette liberté avant qu’elle ne soit portée par un combat politique, qui aboutira sans doute à l'instauration d'un État indépendant, autonome ou autre, et avant qu’elle soit caractérisée par des lois au sein d'institution et administration étatiques, est d'abord un droit naturel qui est légitime et qui n'a guère besoin d'aval ou de préavis. D'autant plus, que ce droit à choisir son destin est consacré dans toutes les conventions internationales relatives aux droits des peuples, notamment la charte de l’Organisation des Nation Unies (ONU).

Le constat, aujourd'hui, est peu réjouissant quant à la situation qui prévaut en terre kabyle, tous niveaux confondus. Par moment, on peut même trouver que c'est une situation inextricable.Toujours est-il, notre histoire commune a démontré qu’à chaque fois que la Kabylie était en danger, on a su, en tant que peuple épris de liberté, dépasser certaines divergences pour nous unir.

La lutte contre le colonialisme français, la guerre de 1963, ou encore le 20 avril 1980 et plus récemment le printemps noir 2001, sont des exemples de ce sentiment d'appartenance à un seul peuple, ayant une même histoire et un destin commun.

J'ai la conviction chevillée, que cette Conférence Nationale Kabyle (CNK), s'inscrit dans cette démarche d’union, que nos ancêtres nous ont légué et notre devoir est de la perpétuer pour les générations futures, et je m'en réjouis.

Les derniers évènements qui ont secoué la Kabylie, à savoir la répression de la marche du 20 avril 2014 organisée par le MAK, les nombreux kidnappings, l’assassinat du joueur de la JSK Ebossé, la décapitation du ressortissant Français Gourdel, mais aussi, le harcèlement judicaire de nos jeunes,tous ces actes barbares, perpétrés par le régime algérien sont des signauxd’alarme, qu’on doit entendre et surtout agir en conséquence, dans une démarche commune. Visant à extirper la Kabylied’un avenir incertain.

Permettez-moi de revenir sur la JSK et de dire toute ma reconnaissance à ce club phare, quipour moi, a joué indéniablement le rôle de premier homme politique kabyle, après que la Kabylie ait connue sa terrible défaite militaire face aux troupeaux de OUDJDA en 1963. Le combat de la JSK n’était pas sur une arène politique évidemment, mais sur les terrains de football les plus hostiles. Elle a su résister, car c’était la seule et unique force qui restait au peuple kabyle pour ne pas disparaître. Son combat était sportif certes, mais son nom était incontestablement politique. D’ailleurs, la première fois où le peuple kabyle a scandé « pouvoir assassin », c’était dans un match de la JSK en 1977.

Elle a résisté à l’arabisation et à la dictature du pouvoir algérien, pendant que le peuple Kabyle était bâillonné, sans voix. Elle a su s’imposer avec courage et honneur à chaque rencontre sportive, car les hommes qu’ils l’ont composée avaient conscience que leur rôle allait au-delà du sport. Il s’agissait de défendre leur identité Kabyle.

La JSK était tout simplement la voix d’un peuple qui refusait et refuse toujours la reddition.

Tamurt n Iqvayliyen n’a rien à envier à d’autresnations, qui aujourd’hui sont des symboles de liberté, de démocratie, et des droits de l’Homme. Les Etats-Unis d’Amérique doivent leur grandeur, non pas à leur puissance industrielle, mais à leur peuple qui a choisit la liberté et l’égalité entre un même peuple qui forme une même nation.

Il en va de même pour la France. La révolution française n’est pas la résultanted’une armada militaire, mais c’est le fait et la détermination du peuple français de s’affranchir de toute forme d’injustice.

La Kabylie elle aussi à sa place dans ce panthéon des grandes nations, grâce à son parcours de lutte contre toute forme de colonialisme, classique ou moderne. La laïcité kabyle est un exemple unique de respect cultuel sans guerre ni conflit. Tant de valeurs qu’on doit adopter et si besoin adapter, pour aller de l’avant.

Actuellement, en terme de démocratie, de droits de l'Homme et des droits des peuples, le constat est peu réjouissant, du fait d'un recul inquiétant dû principalement à ces grandes démocraties qui, jadis, faisaient la « fierté de toute l'humanité ». Aujourd'hui, elles se mettent à genoux devant la dictature, le terrorisme islamiste et les tyrannies de tous genres. Cet état des lieux m'amène à dire, que quand les Grandes démocraties deviennent petites, la dictature retrouve toute sa place. Une place octroyée, et plus que ça, cédée par cette incapacité volontaire et ce raisonnement aveugle des héritiers d'une démocratie devenue corruptible.

Les bouleversements politiques de ces dernières années, la géopolitique de plus en plus instable et susceptible de mutations nouvelles, en faveur des récentes consciences identitaires un peu partout dans le monde, l'ECOSSE , la CATALOGNE, ou encore le KURDISTAN, et plus proche de nous, l'AZAWAD, le RIF, le pays CHAWI, le pays MZAB, la liste est loin d'être exhaustive, démontrent paradoxalement et malheureusement la fragilité des grandes puissances à défendre leurs acquis démocratiques etl'effritement de leur solidarité vis à vis d'autres peuples qui, aujourd'hui encore, luttent pour leur liberté, d’une part, et la détermination des peuples sans Etat à reconquérir leur indépendance et leur liberté, d’autre part.

L'exemple de l'hypocrisie politique des États dit « de liberté » face au drame kurde est édifiant. Finalement, une grande nation ne se résume pas à des moyens financiers et militaires, une grande nation est une volonté incorruptible à être présent à côté des peuples bâillonnés et une détermination à se dresser contre l'oppresseur, quel qu'il soit.

En l'espèce, le peuple kabyle a donné l'exemple de sa solidarité avec bon nombre de peuples qui luttent pour leur liberté, qu'ils soient peuple frère par le sang ou peuple frère par humanisme.
Au demeurant, la Kabylie, comme vous le savez, n’est pas cette terre aride et montagneuse, que les esprits maléfiques essaient de véhiculer. La Kabylie, avant tout,est une histoire faite de sacrifices de femmes et d’hommes kabyles. La Kabylie, c’est un peuple et une nation qui ont résistéà toutes formesd’asservissement. Encore aujourd’hui, sa lutte est vivace.

Outre le capital humain, le pays kabyle compte plus de 200 kilomètres de littoral, un vaste territoire forestier, une terre favorable à l’agriculture et au développement de diverses activités économiques, la pêche, l’oléiculture, l’apiculture, le tourisme, qui tend à concurrencer les hydrocarbures, en matière d’importance et de rente financière et un avantage évident quant à la protection de l’environnement.

La Kabylie est en mesure de se développer grâce à l’économie créative, une économie qui ne dépend pas de ressources naturelles, comme c’est le cas des économies classiques, telle que l’industrie, l’agriculture, l’énergie…

Mais elle dépend du potentiel créatif humain, qui existe naturellement dans chaque société, pauvre ou riche, industrialisée ou en développement, avec une population grande ou petite. La créativité trouve sa substance dans l’apport des individus en matière d’imagination, d’inspiration, d’ingéniosité ou encore d’inventivité.

Voilà des pistes d’espoir et de réussite qu’on doit mettre en place, au travers d’un projet politique qui doit avoir un seul but, celui d’une Kabylie prospère et d’un peuple maitrisant son destin et sa liberté.

Enfin, je voudrais finir ma contribution par cette phrase, qui, j’espère, trouvera en vous une oreille attentive, car il s’agit de notre avenir et celui de notre postérité : On fera un grand pas quand on s’apercevra que ce qui entrave notre avancée,c’est nous-mêmes.

A tiyessetmatin a yetma, Tamurt n Iqvayliyen , d amezruy, d agdud ,d-tutlayt, d akal.

Tudert-nneghe d-tudert n tarwa-nnegh, cuddent gher tdukli-nnegh .

Tagmatt d avrid ara yessiwden gher talwit d tlelli n ughref aqvayli ,d afrag usirem i tarwa –nnegh d-tarwa-nnsen.

Tanemmirt

Yacine CHERAIOU
Ancien cadre du MAK/France


SIWEL 041401 NOV 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu