Contribution : Si je devais remercier Ferhat Mehenni

06/03/2016 - 12:05

CONTRIBUTION (SIWEL) — Ferhat Mehenni, le président du Gouvernement Provisoire Kabyle, a fêté ses 65 ans le 05 Mars. A cette occasion, de nombreux messages de sympathie ont circulé sur les réseaux sociaux. Nous publions ci-dessous la contribution d'un militant du MAK qui revient sur 3 actions que le président de l'Anavad a accomplies et pour lesquelles il "voudrait le remercier".


En 2001, j'avais 12 ans. Un matin de cette année noire, j'ai ramassé des balles dans les ruelles de mon village où des familles entières ont dû déménager le temps que le calme revienne. En effet, quelques heures plus tôt, des gendarmes se sont tenus aux portes du village et ont tiré à balles réelles.
Quelques jours plus tard, j'ai entendu une vielle dame de mon village dire à des jeunes qui causaient : "ruhet a tarwa, atmaten-nwen la xeddmen lgirra kunwi teqqimem d agi".

Des semaines après, j'ai assisté à ma toute première conférence. C'est Ferhat Mehenni qui est venu expliquer que la Plateforme d'El Kseur ne pouvait se concrétiser que dans le cadre d'une Kabylie Autonome.
Bref, je suis un enfant du MAK qui est, aujourd'hui, totalement impliqué au sein des équipes NTIC des souverainistes kabyles.

Ferhat Mehenni a accumulé des dizaines d'années de militantisme mais c'est en tant que leader des souverainistes kabyles que je l'ai connu.
Pour ses 65 ans, je me suis posé la question de savoir quelles sont les actions qui m'ont le plus marqué dans tout ce qu'il a eu à accomplir au sein du MAK depuis 15 ans. Si je devais en retenir que 3 faits pour lesquels je voudrais le remercier, ça serait :

Merci d'avoir su te remettre en question

"D Ferhat i yimlan belli nekk d amazigh" me dit un quinquagénaire de mon village, aujourd'hui du FFS, à chaque fois qu'on aborde le sujet.
Le berbérisme, Ferhat Mehenni n'est-il pas l'un de ceux qui l'ont le plus nourri et structuré? N'a-t-il pas été emprisonné à plusieurs reprises et torturé pour la cause berbère?

Et pourtant avec la création du MAK, Ferhat Mehenni a fondamentalement changé son approche sur la question identitaire. Les quelques artistes, intellectuels ou "citoyens lambda" qui reprochent au MAK de vouloir recentrer l’énergie des kabyles sur la Kabylie tiennent souvent un discours nostalgique de "l'époque berbériste", qui est d'ailleurs définitivement révolue.

Cette mise à jour majeure qui leur manque, Ferhat Mehenni a su l'intégrer, combien même cela a nécessité un changement de cap quant à ses convictions d'alors, combien même cela l'a poussé à poser sur la table des idées alors bien ancrées au sein de la société kabyle, avant de les balayer.

Merci de t'être rendu en Israël au nom de la Kabylie

Il arrive que des militants souverainistes aient à répondre à cette question : "Pourquoi Ferhat Mehenni s'est rendu en Israël?". D'ailleurs la presse arabophone algérienne fait de ce déplacement sa vache à lait auprès d'algériens élevés dans une école antisémite.

Quant à moi, ce déplacement m'a permis de comprendre et d'expliquer que la Kabylie doit rejoindre l'échiquier diplomatique, qu'elle doit comprendre les enjeux géostratégiques et se donner les moyens d'avoir une place sur la scène internationale.

Au delà de la symbolique que cela représente, c'est un acte pédagogique, une leçon sur "La Diplomatie au XXIe siècle" à destination de nos concitoyens qui se sont laissés berner par une école et des médias à la solde d'une mafia idéologique algérienne qui se veut compatissante avec des peuples, palestinien et sahraoui entre autres, au moment-même où elle écrase d'autres peuples, kabyle et mozabite en premier lieu, sur son propre territoire.

En diplomatie, il n'y a ni d'amis définitifs, ni d'ennemis définitifs, il n'y a que des relations d’intérêt. Ce n'est plus un secret et c'est même totalement assumé et revendiqué par les nations. La Kabylie doit absolument convaincre le monde de ses atouts, du rôle qu'elle peut jouer dans le concert des nations pour pouvoir y arracher sa place.

C'est à l'international que l'avenir de la Kabylie se joue et c'est d'ailleurs à ce niveau que nos amis de l'Azawad ont pêché. En effet, bien qu'ils aient réussi à sortir militairement l'armée malienne de leur territoire et à déclarer leur indépendance, le manque de soutiens internationaux pertinents, capables de donner de l'écho à la voix de l'Azawad a fait barrage à leur projet souverainiste.

Créer un rapport de force diplomatique dominant en faveur de notre indépendance doit être notre préoccupation majeure et la finalité des actions que nous menons.

Merci d'avoir créé un Gouvernement Provisoire Kabyle

Il ne s'agit pas ici de revenir sur le courage qu'il faut avoir pour assumer une telle initiative dans un contexte extrêmement incertain ni même sur les innombrables succès de l'Anavad mais sur l'Acte Historique. Il est désormais écrit dans l'Histoire de la Kabylie qu'un certain 1er Juin 2010, un Gouvernement Kabyle, fut-il provisoire, a vu le jour. Ceci est un éternel point non retour pour les générations à venir.

Il est venu consolider dans l'Histoire cette citation visionnaire de Mouloud Mammeri :"Quel que soit le point de la course où le terme m'atteindra, je partirai avec la certitude chevillée que quelque soient les obstacles que l'histoire lui apportera, c'est dans le sens de sa libération que mon peuple - et avec lui les autres - ira".

En effet, Peu importent les dangers qui guettent la Kabylie, de l'arabo-islamisme à la résignation en passant par une féroce mondialisation, la création d'un Gouvernement Provisoire Kabyle constitue le jalon dominant d'où les nouvelles générations reprendront le flambeau pour aller, inexorablement, vers la libération de la Kabylie.

Mouloud A,

SIWEL 061205 MAR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche