Contribution / Quand la monarchie condamne les appels à l'autodétermination du Rif à des peines de prison

15/09/2013 - 14:33

RIF (SIWEL) - Par Fikri El Azrak - Uniquement dans les tribunaux marocains, l’appel à l’autodétermination dans le Rif équivaut à six ans de prison ferme.


Dans les tribunaux de l’Etat marocain, il existe toutes les merveilles de jugement, qui confirment clairement que sous le régime de la monarchie marocain il n’existe ni justice ni démocratie ni liberté d’expression !
La cour d’appel d’Al-Hoceima a confirmé le 28 mai 2013 la condamnation de l’activiste Rifain « Mohamed Jalloul » qui est un membre du Forum des Droit de l’Homme du nord du Maroc (FDHnorma). Tout simplement parce que cet activiste Rifain était engagé dans les manifestations du mouvement protestestation contre la tyrannie et la dictature depuis la première marche de 20 février 2011, et il a continué de gérer le mouvement de protestation local de Ait-Bouayach qui lutte contre la corruption et la marginalisation dans cette commune urbaine qui se situe entre les montagnes du Rif.

Cet activiste passe actuellement la punition de 6 ans de prison ferme à cause de sa réclamation pour appliquer le droit à l’autodétermination du Rif. Le droit qui permet au peuple rifain de choisir son propre système de gouvernance dans le cadre de la légitimité juridique internationale.
Non seulement ce détenu est derrières les barreaux d'une prison de la dictature monarchique mais il y a plus de 26 prisonniers politiques qui ont participé à des manifestations qu’ont connu le village d’Ayth Bouayach depuis 08 mars 2012 contre la tyrannie et l’occupation du Rif par l’Etat marocain. Pour réclamer l’application du droit d’autodétermination comme seule solution de la cause Rifaine, surtout après l’échec de l’Etat marocain, dans plusieurs domaines de gestion économique et politique. Cet échec a donné des résultats catastrophiques au niveau économique et sociale dans le Rif occupé (la pauvreté est de 56%, le taux de chômage est à plus de 40% et il n’existe qu’un seul médecin pour 5731 habitants !).

Les activistes condamnés par les tribunaux du Maroc, n’ont commis aucun crime. Les tribunaux ont poursuivi ces activistes justement pour une seule accusation : celle de leur engagement avec le mouvement de la populations rifaine dans les manifestations, pour réclamer une vraie réforme constitutionnelle qui leur donnerai le droit d’appliquer l’autodétermination au peuple rifain, afin que ce dernier puisse construire son propre système de gouvernance. Ils ne réclament pas plus que d’appliquer le droit international (l’autodétermination) qui est un principe des droits de l’homme au niveau international, malgré que le Maroc a dit plusieurs fois respecter ces droits.

La condamnation de ces militants par les autorités marocaines, confirme que l’État marocain joue sur la dualité entre la pratique et le discours et exprime l’hypocrisie des responsables de cet État qui occupe le Rif et le Sahara occidental sans aucune légitimité.
Par contre, les tribunaux de cette État a libéré plusieurs mafias des ressources économiques du peuple, des prédateurs de la richesse du peuple qui ont rempli les banques de Suisse et d'autres pays.

fea
SIWEL 15 1433 SEP 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu