Contribution / Printemps amazigh : " La première marche à Alger était organisée le 26 mars 1980 "

07/04/2013 - 12:13

MONTRÉAL (SIWEL) — Dans une contribution-témoignage à Siwel, M. Mohand Sebti, apporte des éclairages sur les événements d'Avril 80, et précise que la première marche organisée à Alger date du 26 mars 1980.


En avril 80, les Kabyles et la Kabylie ont birsé le mûr de silence. PH/DR
En avril 80, les Kabyles et la Kabylie ont birsé le mûr de silence. PH/DR
La toute première manifestation (marche) à Alger, de l’Algérie indépendante, avait eu lieu le mercredi 26 mars 1980 à 10h à Alger, et non pas le 7 avril 1980, comme on le cite dans l'ordre chronologique des faits qui ont marqué le printemps berbère de 1980. Lors du mouvement de Tafsut Imazighen de 1980, après l'interdiction de la conférence que devait donner Da L Mulud At Maamar à l'université de Tizi Ouzou, les étudiants de Boumerdes (INIL et INH en majorité des Kabyles dans ces instituts) avaient organisé cette marche. Tout s'est passé dans un secret absolu. Il y avait une vingtaine de personnes qui avaient planifié cet événement. J'étais revenu de chez-moi un vendredi soir (fin de semaine jeudi-vendredi, vous voyez ce n'est pas du tout catholique) à l’Institut (Boumerdes). Un ami a demandé à me parler en privé. Il m'a dit qu'on préparait une marche pour le 26 mars et que je devais aider à cela. Sans réfléchir, j'ai accepté. J'ai pris l'initiative de rentrer en contact avec les étudiants que je connaissais dans d’autres écoles. Je suis allé au Centre d’Études et de recherche en Informatique (ex CERI) d’Oued Smar et à l’école d’ingénieurs des travaux publics (Dar El Beida, Alger) où étudiait mon frère.

Le jour J, c'est-à-dire le mercredi 26 mars 1980, dès 6 h du matin, Boumerdes commençait à se vider. Même les étudiants qui avaient peur avaient fait le déplacement à Alger par devoir ou par peur de représailles. Par train, par autobus ou par auto-stop, les gens ont pu gagner Alger sans que les autorités (Gendarmes, police, militaires, etc.) ne s'en aperçoivent.
À Alger, tout le monde faisait mine de vaquer à ses occupations. À 10h, l’heure fixée pour entamer la marche, nous étions une poignée de personnes (une vingtaine environ!) au centre de la place des Martyrs, autour de Salah Ahcène. Nous avions peur. Que faire? Puis, d'un seul coup, un cri retentissant «Imazighen, Imazighen» jaillit de la foule et c'était parti. Les gens (les étudiants de Boumerdes en majorité), les manifestants quoi! sortaient de partout : des cafés, des abribus, des magasins, de sous les arcades, etc. Nous avions sorti des banderoles, nous avions brisé la peur. La marche s'est ébranlée sur le boulevard Che-Guevara, direction la Fac Centrale, pour aider les étudiants, bloqués à l'intérieur par les CRS, à sortir. L'itinéraire s'est improvisé de lui-même, et c’était vraiment quelque chose d'extraordinaire!

Personne de la Houkouma (pouvoir) ne s'attendait à cet événement. Au moment où on surveillait Tizi Ouzou, le volcan avait éclaté à Alger. D’ailleurs, les gens du FLN étaient perchés sur les balcons du siège du parti qui se trouvait sur Che-Guevara pour voir le tsunami qui venait de déferler sur Alger. Des employés de banque, des fonctionnaires, des passants, des commerçants n'en croyaient tout simplement pas leurs yeux. Durant notre marche, d'autres personnes se sont jointes à nous (certainement des Kabyles!).
Arrivés à la place Port-Said (Ledjnina) près du TNA, nous avions pris la montée rue d’Isly. Ensuite, nous avons pris la rue Michelet, là où il y a la statue du traître l’Émir Abdelkader sur son cheval. C'est à ce niveau-là (statue) que la police anti-émeute nous attendait. C'est dire à quel point la marche a été organisée dans un secret absolu. Cela a pris beaucoup de temps avant que la police ne réalise ce qui se passait et se mobilise pour venir nous barrer le chemin. Nous avions marché 3 à 4 km!

Quand nous sommes arrivés au niveau du «mur» dressé par les policiers avec leurs boucliers et leurs matraques, nous avons continué à crier des slogans hostiles au pouvoir. La police avait commencé à matraquer sans pitié sur toutes les parties du corps : tête, dos, jambes, bras. Les gens fuyaient dans toutes les directions. On avait pris un grand risque, mais on avait osé défier le pouvoir central. C'était la première grande manifestation anti-pouvoir depuis 1962, à ma connaissance, en plein centre d’Alger. Le lendemain, évidemment, des actions d'intimidations avaient commencé. On a pris les noms de tous ceux qui étaient absents aux cours du 26 mars. On avait cherché à identifier les meneurs, toute absence aux cours était suspecte par la suite.

Une tentative de deuxième marche a eu lieu effectivement à Alger le 7 avril 1980. Des étudiants de Tizi ouzou, de Boumerdes et d'Alger ont participé ou tenté de participer à cette marche, mais cette fois-ci, le pouvoir mafieux était au courant. On a empêché les gens de Tizi Ouzou et de Boumerdes de se rendre à Alger.
À Boumerdes, les gendarmes armés (jusqu'aux dents) de mitraillettes surveillaient la gare routière et la gare ferroviaire dès l'aube. Nous ne pouvions donc pas nous rendre à Alger. Seuls ceux qui s'étaient déplacés la veille ont pu participer à cette marche.

Je ne relate pas cet événement comme héros, mais plutôt comme témoin afin de rendre à César ce qui lui appartient. Dans la chronologie des événements, c'est le 7 avril qui est mentionné comme date de la première marche à Alger, alors que la vraie première marche a eu lieu le mercredi 26 mars. C'est simple, j'ai écrit cette date dans mon journal (souvenirs) et on peut vérifier que c'était bien un mercredi. Le véritable architecte de cet événement, et que je salue dans ce témoignage, s'appelle Salah Ahcène, qu'on appelle communément Salah de l'INH, car il était étudiant dans cet Institut.

Je ne peux malheureusement pas nommer tout le monde ici, mais à titre d’exemple et pour la vérification de l’authenticité de cet événement, il y avait parmi les animateurs de Boumerdes, Derriche Amar (poète), Ahmed (un cousin de Ferhat Imazighen Imula), Lembrouk Ahmed (barbu), Ouidja Boussad, Farida (l’étudiante qui portait souvent un burnous), Mouloud (barbu, originaire d’Azazga), Khelili Rachid, Akli (homme de forte corpulence portant une barbe), Arezki (surnommé El belbala), un algérois qui luttait de tout cœur pour tamazight, etc. Je cite ces noms pour que ceux qui étaient là durant ces événements puissent en témoigner. Je présente mes salutations et ma sympathie à tous les étudiants et à toutes les étudiantes qui ont participé au printemps berbère 1980.

Je prie les gens qui ont étudié à Boumerdes à cette époque et qui se souviennent de cet événement d'apporter une confirmation ou une infirmation à ce sujet. Je demande aussi au MCB et aux gens qui ont à cœur de laisser des traces véridiques du mouvement du printemps berbère de 1980, de rétablir la vérité en incluant cette date dans l’ordre chronologie des événements, car elle n’est mentionnée nulle part. N’oublions pas cette date importante pour l’Histoire. Merci!

Amazighement,
Muhend Sebti, Montréal

SIWEL 07 1213 AVR13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu