SIWEL | Agence kabyle d'information

Contribution/ Lyazid Abid : Sofiane et Mounir assassinés par l’armée algérienne

02/01/2013 - 13:56

BERLIN (SIWEL) — Rappelons-nous, ils sont venus quémander de l’aide contre leurs frères fanatisés par l’islam puis ils ont confisqué nos fusils avant de nous imposer leurs salafistes.


Lyazid Abid, Vice président de l’Anavad, Gouvernement provisoire kabyle. PH/DR
Lyazid Abid, Vice président de l’Anavad, Gouvernement provisoire kabyle. PH/DR
Avec ces deux assassinats, la liste des victimes de l’armée algérienne en Kabylie se prolonge impunément. Hier, l’armée avait abattu Mme Zahia Kaci, à Fréha, Mustapha Dial à Azazga, les deux chasseurs, Rafik Haddad et Mohand Matoub à Azeffoun, Madani Goujil à Akfadou.

Aujourd’hui c’est Mounir et Sofiane à Darguina et demain, nul ne sait quel forfait cette armée d’occupation prévoit de commettre. Toutes ces personnes sont innocentes. Leur seul tort est d’être Kabyle et de vivre en Kabylie.

Sofiane et Mounir sont assassinés à proximité des gorges de Kherrata lieu, où le 8 mai 1945 des centaines de Kabyles furent jetés dans des ravins abrupts et si profonds qu’aucune survie n’est possible. Ce 21 décembre 2012, le parcours de ces deux innocents n’a pas croisé le fruit du sacrifice de ces milliers de Kabyles morts le 8 mai 1945 et pendant la guerre 1954-1962 pour que leur progéniture vive en liberté. Leur ardeur de la vie est stoppée nette par les kalachnikovs d’une armée devenue au fils des ans plus sauvage que l’armée coloniale française.

La présence, en surnombre, de cette armée en Kabylie ne nous apporte aucune sécurité, aucun réconfort. Désormais, nul Kabyle n’est à l’abri de ses exactions. La présence de l’armée algérienne sur notre territoire est maintenue pour nous humilier, pour assurer l’impunité des terroristes repentis et faciliter les actions des terroristes encore en activité. Ailleurs où l’islamisme a triomphé lors des élections législatives de 1991, le terrorisme a disparu et les militaires aussi. En Kabylie, pays réfractaire au terrorisme islamiste et à son idéologie, on nous assassine en plein jour, en toute impunité, sous prétexte d’une soi-disant protection contre le terrorisme.

Tous les discours de bravoure et d’honneur de l’incorruptible Lhocine Ait Ahmed et de l’intrépide Saïd Sadi n’auront apparemment servi à rien. L’amour de nos Hommes pour l’Algérie s’est mué en illusion mortelle. Leur engagement du côté des militaires ou des islamistes n’ont pas fédéré les Algériens autour de leur projet démocratique. Bien au contraire, ils ont récolté le doute, la méfiance voire le mépris des non-Kabyles.
En Kabylie même, le désolant spectacle que nous offrent les candidats de nos deux partis est hallucinant. Ils s’entredéchirent à couteaux tirés avant de coaliser avec les partis du pouvoir raciste, le FLN et le RND, dans le vain espoir d’entrer dans les grâces de chefs de daïras qui sont nommés pour nous réprimer.

À cette déconfiture politique, s’ajoutent les assassinats et kidnappings qui font le lit des crimes économiques et écologiques. Nos forêts sont brûlées par les militaires, chaque été. Les nappes phréatiques sont volontairement polluées par l’extraction illicite de sable sur les lits de nos rivières. Ceci est minutieusement géré par les gendarmes. Le sabotage de tout investissement en Kabylie est la feuille de route des walis sous la surveillance du ministre de l’Intérieur...

Là où elle peut, l’Algérie sabote la Kabylie. Elle le fait de manière systématique, méthodique et scientifique. Plus elle est puissante et riche plus forte est sa nuisance au plus profond de la société kabyle. Elle agit ainsi pour nous faire croire que non seulement notre destin est entre ses mains mais en plus, en dehors d’elle le peuple kabyle n’a point de salut.
Pour commettre ses forfaits sans que l’opinion internationale s’en inquiète, l’Algérie soudoie la France, sa tutrice, dans le concert des nations. Cette France qui, selon son président, a promis de faire la guerre à l’argent est piégée par une Algérie qui ne cherche qu’à acheter le silence des pays occidentaux.

L’assassinat de Sofiane et Mounir, le lendemain du discours de François Hollande à l’Assemblée, rappelle que le pardon de la France qu’exige le pouvoir criminel d’Alger doit être adressé aux Algériens en général et au peuple kabyle en particulier et non à un gouvernement de façade représenté par un Bouteflika sénile. Selon les archives de la guerre d’Algérie, 75 % des effectifs de l’armée de l’ALN engagés dans la guerre contre la France sont originaires de Kabylie. D’ailleurs, un jour la Kabylie obligera le pouvoir algérien à lui demander pardon pour les crimes qu’il a commis sur son territoire avant et après 1962.
Par conséquent chaque Kabyle est interpellé pour en tirer toutes les conséquences. Il est temps de se réapproprier les réflexes patriotiques de notre vaillant Cheikh Aheddad. Rappelez-vous son célèbre coup de bâton au marché d’Akbou. Tout engagement ou combat pour la liberté de la Kabylie se doit d’aller dans ce sens. Cinquante ans après l’indépendance, l’Algérie a épuisé le capital-confiance des Kabyles.

Rappelons-nous, ils sont venus quémander de l’aide contre leurs frères fanatisés par l’islam puis ils ont confisqué nos fusils avant de nous imposer leurs salafistes.

Au nom de l’Anavad et en mon nom personnel, je présente aux familles Salhi et Saidj mes condoléances les plus attristées

Lyazid Abid
Vice président de l’Anavad, Gouvernement provisoire kabyle


SIWEL 021356 JAN13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu