SIWEL | Agence kabyle d'information

Contribution / Kabylie Cabal Approved : A qui profite le crime

26/09/2014 - 20:31

DIASPORA (SIWEL) — "Deux thèses s’affrontent au sujet de la prise d’otage d’Hervé Gourdel. La première émanant de l’ancien agent secret algérien Karim Moulai réfugié à Londres et qui désigne les généraux algériens comme étant les commanditaires pour, dit-il, « contrecarrer la visite du juge antiterroriste français Marc Trévidic qui enquête sur les 7 moines kidnappés puis assassinés en 1996 ». Le seconde thèse émane est celle de Ali Zaoui, ancien militaire algérien, qui accuse Paris d’être derrière cette opération macabre pour, selon lui, forcer l’Etat algérien à s’engager dans la guerre contre les islamistes en Irak."..." Alors…Il semble bien que la question essentielle à se poser est : à qui profite le crime ? "
Par Afraniman Ifettiwjen


Une Cabale  est un complot ourdi par un groupe unis autour d’un projet secret visant à conspirer pour le succès de leurs opinions et de leurs intérêts au sein d’un État ou d’une communauté donnée.(PH/DR)
Une Cabale est un complot ourdi par un groupe unis autour d’un projet secret visant à conspirer pour le succès de leurs opinions et de leurs intérêts au sein d’un État ou d’une communauté donnée.(PH/DR)
La ficelle est trop grosse, un groupe terroriste se réclamant de l’Etat islamique en Irak, prend en otage un français, demande à Hollande d’annuler ses frappes en Irak et l’exécute après un ultimatum de 24h…autant dire que son sort était scellé d’avance. Le comble de cette horreur se passe en Kabylie, un pays laïc qui se bat depuis 40 ans contre l’hydre à deux têtes,les islamistes et la dictature algérienne, et qui réclame, son droit à l’autodétermination, après avoir vainement tenté de démocratiser l’Algérie. Mais plus étrange encore, le crime est perpétré dans un espace géographique quadrillé par l’armée algérienne qui y stationne 30 % de ses effectifs. Voilà de quoi soulever de sérieuses questions.

Aussi, deux thèses s’affrontent au sujet de la prise d’otage d’Hervé Gourdel. La première émanant de l’ancien agent secret algérien Karim Moulai, réfugié à Londres, et qui désigne les généraux algériens comme étant les commanditaires pour, dit-il, « contrecarrer la visite du juge antiterroriste français Marc Trévidic qui enquête sur les 7 moines kidnappés puis assassinés en 1996 ». Le seconde thèse est celle qui émane de Ali Zaoui, ancien militaire algérien, qui accuse Paris d’être derrière cette opération macabre pour, selon lui, forcer l’Etat algérien à s’engager dans la guerre contre les islamistes en Irak.

C’est difficile à croire que les services français aient agit seul avec autant de facilité dans une Kabylie quadrillée par les forces armée algérienne, à moins que les deux services, algérien et français, aient orchestré conjointement cette opération qui a choqué le monde entier et plus particulièrement les kabyles, étant donné que c’est leur territoire qui a été choisi pour commettre cet horrible crime…

Alors…Il semble bien que la question essentielle à se poser est : à qui profite le crime ?

Qui peut bien tirer les dividendes d’un tel acte, dans un contexte particulièrement opaque, où l’on voit les « chevalier du monde Libre » combattre le terrorisme islamiste en collaboration avec leurs tuteurs idéologiques, logistiques et financiers d ces mêmes terroristes ?

Est-ce un moyen pour l’Etat français de faire passer la pilule au peuple français et lui vendre sa guerre en Irak et en Syrie ?
Les services algériens auraient-ils rendu cet inestimable service à leurs amis français, avec pour contrepartie le choix de la Kabylie comme théâtre de ces opérations "géostratégique" ?

Ont-ils orchestré ensemble cette diabolique exécution ? Les services français ont-ils donné leur accord pour l’exécution ou bien pensaient-ils que les algériens contrôleraient de toute façon leurs islamistes ?

Le double objectif des services algériens serait-il de se donner l’image d’un Etat qui lutte contre le terrorisme et désigner par la même occasion la Kabylie comme étant le "fief historique du terrorisme islamiste", comme dirait RFI ?

Est-ce une façon de coller le terrorisme à la Kabylie comme il l’a fait dans l’Azawad afin de la priver d’un éventuel soutien international pour son droit à la souveraineté ?

Associer la Kabylie au terrorisme est aussi une façon de justifier une lutte antiterroriste sans succès et dont le seul résultat est un cortège de bavures prenant pour cible des civils uniquement. 3 jeunes kabyles viennent justement d’être victimes d’une nouvelle bavure militaire, comme il y en a eu tant depuis l’avènement de cette étrange insécurité, apparue et entretenue par les services algériens depuis sa loi d’amnistie des terroristes du FIS, GIA, AIS et j'en passe avant d'en arriver à l'Aqmi; et enfin, plus récemment, pour punir le peuple kabyle d’avoir osé revendiquer son droit à la liberté par un référendum d'autodétermination.

Cet acte a aussi la valeur d’une menace à l’égard de la Kabylie, une menace à peine voilée, un antécédent qui justifiera d’autres massacres à venir derrière la bannière du califat islamique ! C’est que le terrorisme a été très utile pour l’Etat algérien : une bonne partie de l’intelligentsia kabyle a été liquidée par les désormais « repentis » du Front islamique du salut !

Peuple Kabyle, vois, entends ce qui se trame contre toi … c’est ton propre salut qui en dépend…

Afraniman Ifettiwjen




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu