Conflit anti-Mozabites à Ghardaïa : La LADDH dénonce les services de répression

30/12/2013 - 11:42

ALGER (SIWEL) — Les accusations portées contre la police par les citoyens amazighs du M’zab viennent d’être confirmées par la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH).


Dans un communiqué rendu public, hier, la ligue que président Me Noureddine Benissad dénonce « Les agissements scandaleux des services de la police censés représenter une institution républicaine ».

La ligue vient ainsi confirmer toutes les accusations portées contre ce service de répression qui a pris partie pour un clan dans le conflit qui mine la région amazighe de Ghardaïa. Récemment, la police a été accusée de torture et de répression contre les amazighs Mozabites en épargnant l’autre partie du conflit qui sont les arabes chaâmbis.

« La responsabilité première de l’Etat est la protection des personnes et des biens dans le respect des lois de la République », rappelle la ligue dans son communiqué.

Par ailleurs, et vu la situation dans la région, La LADDH lance un appel au calme et à la vigilance pour contrecarrer les visées diaboliques du pouvoir algérien.

« Le dialogue est le seul moyen de transcender les problèmes et les conflits », souligne la ligue, en dénonçant « les manipulations machiavéliques qui visent à exacerber les tensions ».

La ligue informe qu’une délégation de ses militants se rendra incessamment à Ghardaïa pour évoluer la situation.

dm
SIWEL 30 1142 DEC 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche