Conférence du MAK à Ait Hamdoune : « Toutes les langues sont habilitées à devenir des langues de sciences pourvu que celles-ci disposent d’un Etat »

05/04/2014 - 21:05

AT HAMDOUN – AGHVALOU (SIWEL) — Hier soir, le président du MAK, Buaziz Ait Chebib et Hocine Azem , Secrétaire National aux relations extérieures ont animé une conférence-débat au village Ait Hamdoune autour de la problématique de l’Etat kabyle.


Après avoir développé les contours du Projet pour l’Etat kabyle adopté lors de la conférence des cadres du MAK, les conférenciers ont apporté des éclaircissements sur l’approche et la démarche du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie. L’accent a été mis sur l’investissement dans le savoir et la technologie comme instruments d’émancipation des peuples.

Répondant à la question concernant les capacités de la langue kabyle d’accéder au rang d’une langue de sciences, Bouaziz Ait Chebib a affirmé : « Toutes les langues sont habilitées à devenir des langues de sciences pourvu que celles-ci disposent d’un Etat », en ajoutant : « Toutes les écoles méritent respect et dans tous les pays l’on en forme des génies. L’école algérienne déforme les cerveaux de nos enfants pour en faire des écervelés. Nous voulons une école qui enseignera l’Histoire, les sciences, les arts et les savoirs et ça ne peut se faire que dans un Etat kabyle ».

Sur un autre volet concernant l’économie du pays kabyle, le président du MAK déclare : « La Kabylie recèle toutes les potentialités nécessaires pour son essor économique ; l’Etat algérien s’efforce sans répit à les anéantir par des politiques de contre-développement. L’avènement de l’Etat kabyle mettra fin à cet anti-kabylisme économique et politique afin d’assurer une meilleure exploitation de ces ressources et richesses au profit du peuple kabyle ».

Hocine Azem a exposé les mécanismes du droit international relatifs au droit à l’autodétermination inscrit en lettre d’or dans la charte des nations unies et les autres instruments y afférent. Il a mis en exergue plusieurs exemples de peuples opprimés par des Etats totalitaires et qui ont fini par s’y émanciper en mobilisant l’opinion internationale. Celle-ci a obligé la communauté internationale à exercer des pressions politiques, économiques et diplomatiques en faveur de leurs causes.

Les conférenciers n’ont pas omis de réitérer l’appel du MAK à rejeter la mascarade présidentielle du 17 avril qui nullement ne concerne la Kabylie. Et en fin, ils invitent les citoyens kabyles à investir la rue le 20 avril prochain pour exiger un référendum d’autodétermination.

cdb,
SIWEL 052105 AVR 14



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche