Communiqué du Comité de soutien au Dr. Fekhar suite à l'intervention du député français Erwann Binet

04/09/2016 - 15:14

PARIS (SIWEL) — Par la voix de son porte parole, M. Yacine Cheraiou, le Comité de soutien au Dr. Fekhar et à ses compagnons, nous transmet ce communiqué suite à la question écrite du député socialiste français, M. Erwann Binet, concernant l'incarcération arbitraire des militants mozabites dans les geôles algériennes.


Lorsque la dignité humaine est bafouée, la défendre est une nécessité.

Dans le cadre de la sensibilisation de la communauté internationale quant à la libération du leader Mozabite le Dr. Fekhar, le Comité de soutien avait rencontré le député socialiste, M. Erwann Binet en date du 31 mai 2016.

Nous avions, lors de cette rencontre, attiré l'attention de M. Binet sur l'arrestation arbitraire du militant des Droits de l'Homme, le Dr. Fekhar et de ses compagnons d’opinion, par l'Etat algérien. Nous lui avions également fait part de nos inquiétudes quant aux conditions inhumaines dans lesquelles survivent ces détenus, ce qui n'a pas laissé le député socialiste indifférent.

Suite à cet entretien, M. Binet a posé une question écrite à son gouvernement en date du 16 août 2016 dans laquelle il a interpellé le Ministre des Affaires Étrangères, sur le cas du Dr. Fekhar.

Nous, Comité de soutien au Dr. Fekhar et à ses codétenus, saluons la démarche humaine et courageuse de M. Binet.

Une telle démarche ne pourrait avoir d'autre interprétation que celle d'être solidaire aux côtés des opprimés, brimés dans leur dignité par un régime dictatorial aux abois.

Les propos du Wali (Préfet) de Ghardaïa, qui n’a rien à envier aux dictateurs de l’Histoire, en sont un exemple flagrant. Les procédés fascistes consistant à arrêter l’entourage proche des condamnés est un cas concret : tel est le sort du père et du frère de M. Salah Abbouna.

Avancer comme argument, la souveraineté nationale et la non-ingérence ne peut et ne devrait pas constituer un prétexte pour porter atteinte à l'être humain et encore moins pour ne pas répondre de ses actes.

Nous sommes convaincus que la mobilisation internationale et le concours de l'Etat français contre ces détentions arbitraires sera des plus utiles, et fera inéluctablement entendre raison à l'Etat Algérien, afin de libérer dans les meilleurs délais tous les détenus d'opinion Mozabites. Le temps presse, un troisième mozabite vient de décéder dans les geôles algériennes. Si rien n’est fait , qui sait combien d'innocents perdront la vie dans l'indifférence.

Dans ce contexte de climat répressif digne de l’Inquisition, le Comité de soutien dénonce l’arrestation de Slimane Bouhafs, un Kabyle de confession chrétienne, accusé d'avoir porté atteinte à l'islam et au prophète, dont la vie aussi est en danger.

La liberté ne peut être limitée dans le temps et l'espace. Elle ne peut être la propriété de certains et une privation pour d'autres.

Nous continuerons notre mission humaine sans relâche, jusqu'à la libération du Dr. Fekhar et de ses codétenus.

Paris le 04 septembre 2016.
Y. CHERAIOU, Porte-parole.

SIWEL 041514 SEP 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu