Communiqué du CMA après les arrestations arbitraires en Kabylie

17/04/2015 - 18:13

PARIS (SIWEL) — Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, le Congrès mondial Amazigh, par la voix de son président, Khalid Zirrari, a condamné la vague d'arrestation arbitraire qui a frappé les militants du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), et dont certains sont également membres du CMA, le jour de l'inauguration d'une place à l'illustre chanteur kabyle, Slimane Azem. Nous publions ci-après l'intégralité du Communiqué


Afin de rendre hommage à Slimane Azem, un célèbre chanteur et poète Kabyle disparu, les responsables du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et des organisations de la société civile ont décidé de baptiser symboliquement une place de la ville de Tizi-Wezzu du nom de Slimane Azem.

La cérémonie d’inauguration à laquelle était associée la famille du poète, devait se dérouler jeudi 16 avril 2015. Mais tôt le matin, des centaines de policiers armés avaient occupé les lieux empêchant toute personne de circuler sur la place en question.

Hocine Azem, membre du MAK et du Congrès Mondial Amazigh (CMA) qui s’apprétait à rejoindre Tizi-Wezzu pour participer à l’évènement, a été intercepté et arrêté par la police près de son domicile à Iwadiyen, à 50 km de Tizi-Wezzu. Ensuite ce fut le tour de Bouaziz AitChebib, Président du MAK qui a été interpellé dans la rue et détenu au commissariat de Tizi-Wezzu.

Tous deux ont ensuite été relâchés en fin de journée. D’autres membres du MAK ont également été arrêtés puis relâchés après interrogatoire ces derniers jours en Kabylie.

Il s’agit d’un acte répressif que rien ne justifie et qui vise tout simplement à interdire à des citoyens d’exercer leur liberté d’expression et de manifester symboliquement leur citoyenneté. Visiblement, les autorités algériennes agissent par les intimidations et les violations des droits humains les plus élémentaires dans le but de réduire au silence les aspirations des Amazighs en général et des Kabyles en particulier, à leur identité et à leur liberté.

Le Congrès Mondial Amazigh dénonce avec force ces arrestations arbitraires et les condamne avec la plus grande fermeté.

A quelques jours de la célébration du printemps Amazigh, le CMA met en garde le gouvernement algérien qui porterait seul la responsabilité des conséquences des éventuelles provocations des forces de police contre les populations. Les autorités algériennes doivent cesser leur stratégie de harcèlement contre les militants des organisations démocratiques, les membres des organisations de la société civile et les défenseurs des droits.

La communauté internationale doit aussi prendre ses responsabilités et accorder une attention soutenue aux graves atteintes aux droits humains en Algérie et particulièrement en Kabylie. Le CMA demande instamment aux organisations internationales et aux ONG des droits humains d’agir avec fermeté afin que le gouvernement algérien mette un terme à sa politique agressive contre les Amazighs, particulièrement en Kabylie.

Paris, le 16/04/2015
Khalid ZERRARI, Président


SIWEL 171813 AVR 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu