Combat de rue à Kobanê : Hypocrisie criminelle de l’occident et résistance héroïque du Kurdistan

07/10/2014 - 11:52

KOBANÊ (SIWEL) — Après trois semaines de siège, les terroristes de l’Etat islamique sont entrés dans la ville kurde de Kobanê où la pluie d’obus lancés par les Djihadistes a laissé place à d’intenses combats de rue entre les djihadistes et les combattants kurdes. « Sur le front à Kobanê, Mariam, la commandante kurde, a déclaré: "Nous avons pris toutes les mesures. Nous résisterons rue par rue, immeuble par immeuble à Kobanê », rapporte le site d’information du Kurdistan syrien, actukurde. Pour cette commandante kurde, « les frappes de la coalition n'ont touché aucune position importante de Daesh ». Alors que les frappes aériennes de la coalition sont totalement inefficaces, la Turquie de son côté maintient le blocus sur cette petite ville héroïque. Des milliers de kurdes sont en ce moment-même réprimés par l’armée turque pour les empêcher d’aller rejoindre leurs compatriotes sur le front de Kobanê. De ce fait, la Turquie, soi-disant membre de la coalition anti-Daesh, est incontestablement l’alliée des terroristes de l’Etat islamique.


Capture d'écran Euronews diffusant des images tournées par l'Etat islamique à Kobanê.( PH/Euronews)
Capture d'écran Euronews diffusant des images tournées par l'Etat islamique à Kobanê.( PH/Euronews)
...

Dans la matinée de ce 7 octobre, les combats de rues entre les terroristes de l’EI et les combattants kurdes se sont étendus à plusieurs quartiers de Kobanê. Pendant ce temps, des milliers de kurdes de Turquie convergent vers la frontière mais restent impuissants en raison du blocus imposé par le gouvernement islamiste d’Erdogan sur cette petite ville kurde qui résiste seule et avec des armes dérisoires, contre la puissance de feu des djihadistes de l’EI.

Les djihadistes de l'Etat islamique utilisent en effet des « dizaines de tanks, de canons antiaériens, de missiles Grad de fabrication russe, de missiles Milan de fabrication franco-allemande, de missiles thermique de fabrication américaine et de centaines d’obus contre les combattants kurdes, inférieurs en nombre et moins bien armés. » rapporte le site en lien avec la résistance kurde à Kobanê, actukurde.

Face à cette situation intenable et au parti pris flagrant de la Turquie contre les kurdes de Kobanê, dans la soirée du lundi 6 octobre, des dizaines de milliers de Kurdes ont marché vers la frontière, pour aller défendre Kobanê avec leurs compatriotes.

Mais, cela fait déjà trois semaines que les kurdes sont empêchés, par l’armée turque, de passer la frontière, et ce, malgré la prétendue adhésion de la Turquie à la coalition anti-Daesh. Une incohérence qui réaffirme, si besoin est, que la Turquie est bien plus proche de l’Etat islamique qu’on ne veut bien le reconnaître du côté de la « coalition ».

Selon RFI, « tous les responsables politiques du canton autonome de Kobane ont pris les armes » et « les derniers messages du responsable du parti kurde de Syrie PYD, Salih Muslim, indiquait en fin de soirée (hier) que le centre-ville de Kobane avait été « nettoyé », ce qui indique que les assaillants islamistes, au nombre de 2 000 à 2 500, avaient apparemment réussi à atteindre le centre de Kobane avant d’être repoussés ».

Hier soir, les dirigeants kurdes de Kobanê avaient lancé un appel d’urgence à la communauté internationale pour que leur soient enfin livré des armes pour leur permettre de se défendre contre les hordes djihadistes.

Cependant, la communauté internationale reste sourde aux appels des kurdes et préfère intégrer dans sa coalition les plus grand pourvoyeurs de l’islamisme et de son indissociable corollaire, le terrorisme, dont la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar.

Dans ces conditions, le terrorisme islamiste a encore de beaux jours devant lui et l’Etat islamique pourra encore longtemps égorger à tour de bras.

Sources, Actukurde, RFI et AFP,

zp,
SIWEL 071152 OCT 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche