Collectif des associations d’Illoula Oumalou : Le Printemps berbère et le Printemps noir, origines et conséquences.

10/04/2013 - 16:28

ILLOULEN OUMALOU (SIWEL) — « Vingt années après avril 1980, la situation économique et sociale des Algériens a continué à se dégrader. Aux pénuries du règne de Boumediene, à la misère de masse du temps de Chadli ont succédé la pseudo démocratie et une fausse économie de marché. Chômage, crise du logement, pollution de l’environnement, injustices, contraintes bureaucratiques sont allés de pair avec la naissance d’immense fortunes bâties sur l’affairisme et la corruption. La différence est qu’en Kabylie des gendarmes se conduisaient comme en pays conquis et utilisaient des propos racistes. C’est ainsi qu’en remettant Matoub, blessé, aux infirmiers de l’hôpital de Michelet, l’un des pandores leur a dit « Prenez votre chien ! » ». Extrait de la déclaration du Collectif des associations culturelles de la commune d’Illoula Oumalou que nous publions ci-après.


kamel Irchen a été assassiné par la gendarmerie algérienne en 2001 à Azazga. Avant de succomber à ses blessures, le martyr a écrit de ses mains ensanglantées ce mot si cher à la Kabylie : Liberté ! (PH/DR)
kamel Irchen a été assassiné par la gendarmerie algérienne en 2001 à Azazga. Avant de succomber à ses blessures, le martyr a écrit de ses mains ensanglantées ce mot si cher à la Kabylie : Liberté ! (PH/DR)
« Collectif des associations culturelles de la commune d’Illoula Oumalou »

Le Printemps berbère et le Printemps noir, origines et conséquences.


« Il suffit du bout de bois d’un esclave, pour faire, dans le ciel de Dieu et dans le cœur des hommes, le plus énorme incendie », Mouloud Mammeri.

Qui cherche à pourrir la Kabylie? Le redéploiement des brigades de gendarmerie qui, plus d'une décennie après le Printemps noir, est toujours un mépris aux martyrs du Printemps noir.

En Kabylie, la revendication de l’identité kabyle commença par s’affirmer au sein de la jeunesse sous l’impulsion de la nouvelle génération de chanteurs. De son côté, l’écrivain Mouloud Mammeri qui animait une chaire de culture berbère à l’université d’Alger se livrait à des recherches sur la langue berbère.

En mars 1980, un groupe d’étudiants de l’université de Tizi Ouzou l’invita à donner une conférence sur la poésie kabyle ancienne. Le préfet de Tizi Ouzou fit interdire la conférence et cela mit le feu au brasier qui couvait depuis des années et n’attendait qu’un signal. Ce furent les émeutes d’Avril 1980 suivies d’une répression sauvage dans les locaux même de l’université de Tizi Ouzou (pas de morts heureusement mais plus de 400 blessés.). La population des montagnes prit fait en cause pour les étudiants révoltés et descendit en masse à Tizi Ouzou pour les soutenir. Un bain de sang fut évité de justesse.

Les revendications des émeutiers d’avril 1980 avaient avant tout un caractère culturel. A l’époque, une espèce de pudeur mal placée interdisait de prononcer le mot « Kabyle ». On préféra parler de « printemps berbère » bien que la Kabylie fût le seul théâtre de revendication et on réclama la promotion des parlers populaires car on n’osait pas dénoncer l’arabisation. S’y ajouta la revendication de la démocratie au plan politique, sans remettre en cause les options islamiques et socialistes du régime.

Avril 1980 vit la naissance du mouvement culturel berbère. Le 20 avril revêtit en Kabylie un caractère de fête nationale. Malheureusement, le démon de la division ne tarda à exercer ses effets corrupteurs. En 1989, des animateurs du MCB décidèrent de créer un parti politique, le RCD. Ils avaient proclamé « le MCB est mort, vive le RCD ! » Peu après les deux partis kabyles - FFS et RCD - s’efforcèrent de s’annexer le MCB. Chaque tendance voulut commémorer le 20 avril à son profit. Des responsables faillirent en venir aux mains sous l’œil amusé des responsables du pouvoir algérien.

Néanmoins, la lutte pour la reconnaissance de la langue berbère comme nationale et officielle se poursuivait. Elle fut marquée en 1994 par la grève dite du cartable qui dura une année scolaire et aboutit à la création d’un Haut Commissariat à l’Amazighité.
La dernière décennie du 20e siècle fut marquée par la sanglante révolte des islamistes dans le but d’imposer la charia en Algérie. On parle de 200.000 morts, sans compter les blessés et la destruction de biens publics.

Vingt années après avril 1980, la situation économique et sociale des Algériens a continué à se dégrader. Aux pénuries du règne de Boumediene, à la misère de masse du temps de Chadli ont succédé la pseudo démocratie et une fausse économie de marché. Chômage, crise du logement, pollution de l’environnement, injustices, contraintes bureaucratiques sont allés de pair avec la naissance d’immense fortunes bâties sur l’affairisme et la corruption. La différence est qu’en Kabylie des gendarmes se conduisaient comme en pays conquis et utilisaient des propos racistes. C’est ainsi qu’en remettant Matoub, blessé, aux infirmiers de l’hôpital de Michelet, l’un des pandores leur a dit « Prenez votre chien ! ».

Les gendarmes commettaient toutes sortes d’abus. L’indignation s’est accumulée. A l’occasion de l’assassinat du lycéen Massinissa Guermah dans les locaux de la brigade de gendarmerie d’Aït Douala, la révolte a éclaté un peu partout en Kabylie. La poitrine nue, les jeunes ont défié les gendarmes. Ces derniers ont tiré à balles réelles, faisant plus de cent morts et des milliers de blessés. Ce fut le printemps Noir d’avril 2001.

La répression poussa des milliers de gens dans la rue à Tizi Ouzou. En juin 2001, le déferlement de millions de Kabyles sur Alger ébranla la capitale. Il s’agissait de remettre au président de la République le texte de la « Plateforme d’El Kseur ». Les Archs avaient pris l’affaire en main. Démocratie à la base. Un immense espoir était né. La violence a cessé mais ensuite le pouvoir a rusé. Les auteurs de la « Plateforme » l’ont confondue avec celles du 1er novembre et celle du Congrès de la Soummam. Les deux premières avaient des chances d’aboutir parce qu’elles traduisaient la volonté de la majorité des Algériens. Celle d’El Kseur prétendait sortir de la crise l’ensemble des Algériens alors qu’elle n’était soutenue que par les Kabyles. Les Archs se sont divisés entre dialoguistes et intransigeants. Ils ont fini par perdre toute audience.

Que nous reste-t-il, à nous Kabyles ? Continuer à défendre becs et ongles notre identité. Non contre toute autre mais pour elle-même. Refuser d’être traités de « Maghrébins » ou d’Arabes. Si nous devons à tout prix être inclus dans un ensemble, nous sommes des Nord Africains. Refusons d’être définis par une étiquette religieuse quelle qu’elle soit. Nous sommes pour la liberté de conscience.

Cessons d’exiger que la langue berbère soit reconnue comme seconde langue nationale dans l’ensemble de l’Algérie. Le pouvoir ne le veut pas, les arabophones la refusent.

Unissons nos offerts pour l’autonomie de la Kabylie, dès lors que vouloir lutter pour la démocratie en Algérie est un leurre. Et pour ne plus avoir à revivre de 20 avril et de printemps noirs sanglants.

Collectif des associations culturelles de la commune d’Illoula Oumalou,

SIWEL 101628 AVR 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche