SIWEL | Agence kabyle d'information

Chemini : Cinq militants associatifs poursuivis en justice

08/06/2016 - 14:08

CHEMINI (SIWEL) — Cinq militants associatifs à Chemini (MOUALEK Abdelouhab ,BELLACHE Amirouche ,MADJI Sofiane, LARFI Mohamed et MESSAILI Moussa ) viennent d’être destinataires de convocations de la sûreté de Daira de Chemini, suite à une plainte déposée par l’administration coloniale algérienne. L'information a été publié le 06/06/2016 par le site d'information "Bejaïa news" dont nous reprenons la dépêche, ci-dessous.


Chemini :  Cinq militants associatifs poursuivis en justice
Cinq accusations ont été retenues contre les victime de l'arbitraire de l'Algérie coloniale : incitation et fermeture du siège de la Daïra de Chemini, empêchement aux fonctionnaires et citoyens d’accéder au siège de la Daïra et affichage nocturne.

Cette plainte, a été introduite suite à un rapport accablant adressé par le premier responsable de l’administration coloniale à Chemini à son hiérarchie désignant ces personnes « nuisibles à la société et une menace aux intérêts de la mafia et de l’oligarchie locale ».

Les faits remontent au Sit-in observé par la population en date du 29 Mars 2016, dénonçant le chef de Daira qui a interdit aux militants associatifs de tenir une réunion publique à la maison de jeunes Farid ZADI à Chemini, qualifiant cette interdiction d’une atteinte à l’activité associative.

« Cette plainte vise à étouffer toute voix résistante qui reste sur le terrain à Chemini , et cette démarche entreprise par l’administration nous motive d’avantage à aller loin dans notre combat » nous déclare un des accusés et d’ajouter d’un air menaçant « nous réservons au premier responsable de l’administration locale des surprises dans les jours à venir » .

La coordination MAK de Chemini apporte son soutien indéfectible à ces militants associatifs dont le seul crime dont ils sont coupable c'est d'avoir refusé l'injustice et la soumission.

Contacté par Siwel, Farid Djenadi, secrétaire général , a de son côté appelé l'ensemble des militants et des citoyens à se solidariser et à se mobiliser aux côté des victimes pour que l'injustice et l'arbitraire cessent en Kabylie. " Ce qui vient de se passer à Chemini nous renseigne sur la volonté de l'administration coloniale algérienne d'étouffer la voix de la jeunesse car elle sait pertinemment que les jeunes kabyles sont déterminés à résister à la substitution identitaire et à poursuivre le combat jusqu'à l'aboutissement: la libération de la Kabylie du joug arabo-islamique de l'Algérie. Rien ni personne n'arrêtera la jeunesse kabyle sur la voie de sa propre émancipation" . A-t-il déclaré.

Source : Bejaia06.com

cdb,
SIWEL 081408 JUN 16






Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu