Catalogne : Victoire des indépendantistes

28/09/2015 - 01:14

BARCELONE (SIWEL) — Les résultats officiels quasi-définitifs des élections régionales en Catalogne qui se sont déroulées ce dimanche sont sans appel : après le dépouillement de plus de 99,39% des bulletins de vote, les indépendantistes Catalans ont récolté 72 sièges alors que 68 sièges leur auraient suffi pour avoir la majorité absolue au Parlement.


La liste de la coalition «Junts pel Si» "Ensemble pour le oui" rassemblant le parti Convergence démocratique de Catalogne (CDC, centre-droit) d’Artur Mas et le principal parti d’opposition, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), d’Oriol Junqueras, ainsi que des associations pro-indépendance a obtenu 62 sièges. La liste de La CUP (candidature d'unité populaire) a obtenu quant à elle 10 sièges. A elles deux, elles totalisent donc 72 sièges sur les 135 que compte le Parlement Catalan.

Une grande partie des 5,5 millions de Catalans aptes à voter se sont déplacés afin de se prononcer sur cet enjeu important : le taux de participation s'élève à plus de 77,45 %, soit 9 point de plus que le dernier scrutin régional de 2012.

Le président indépendantiste sortant Artur Mas a revendiqué la victoire, en lançant : « Nous avons gagné ! »
Quant à Antonio Banos, chef du petit parti indépendantiste de la gauche anticapitaliste CUP, il a lancé sur son compte twitter : « A l'Etat espagnol, sans rancoeur, adieu ».

Le Président Artur Mas, est parvenu à transformer ce scrutin en plébiscite, promettant qu'en cas de victoire de leurs listes en récoltant la majorité des 135 sièges en jeu, lui et ses alliés mèneraient la Catalogne vers l'indépendance, en 2017 au plus tard.

Du fait que la Catalogne, avec 7,5 millions d’habitants, représente à elle seule 20% des richesses produites en Espagne, Madrid s'oppose farouchement à l'indépendance de la Catalogne arguant que la constitution du pays ne permet par aux régions autonomes de quitter l'Espagne (sic).

Si Madrid cherche à bloquer le processus d’indépendance de la Catalogne, les catalans avaient menacé en juillet dernier qu'ils pourraient aller jusqu’à la déclaration unilatérale d’indépendance, se passant de l’autorisation de Rajoy, le Premier Ministre espagnol.

La volonté des peuples à s'autodeterminer ne peut être réfrénée, ainsi après le Québec, l'Ecosse l'an dernier, et la Catalogne cette année, le tour sera bientôt à la Kabylie, même si cette dernière n'a pas afffaire à un état central démocratique, contrairement aux premières Nations sans Etat sus-citées.

wbw
SIWEL 280114 SEP 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu