CONTRIBUTION/ La libération de la Kabylie du joug arabo-islamique est inéluctable ( suite et fin)

20/10/2013 - 15:45

MARSEILLE (SIWEL) — Dans cette seconde partie de la contribution de M. Kader Dahdah à Siwel sur la Kabylie, il évoque les mouvements politiques qu'a connus la région. Il fait état aussi des activités diplomatiques du Gouvernement provisoire kabyle en exil, le GPK, ANAVAdn dont il est l'un des conseiller du président M. Ferhat Mehenni.


Liberté, espoir de tout kabyle écrit avec le sang d'un martyr. PH/DR
Liberté, espoir de tout kabyle écrit avec le sang d'un martyr. PH/DR
Par : Kader Dahdah
Deuxième partie et fin
.
Nous somme aujourd’hui à la croisée des chemins où nous devons choisir entre deux situations:
Soit de vivre dans un chez soi, même petit et modeste mais dans lequel nous existerons en tant que kabyles, dans la dignité, la liberté et la démocratie, en ayant comme langue première notre propre langue le kabyle.

Ou bien vivre dans un grand ensemble en ruine menacé d’auto destructions récurrentes, en tant que sous Algériens, soumis par la force à l’idéologie wahhabite, obligé à la langue quoreichite et interdits de la notre, mais surtout avec la certitude que nos enfants seront soit des candidats à l’exile vers l’occident ou bien ils seront utilisés comme des mercenaires islamistes au service des grandes puissances.
L’histoire se répète, nous somme pratiquement devant la même crise de 1949 où des nationalistes kabyles partisans de l’Algérie Algérienne ont été rejetés voir même exécutés par des Kabyles partisans de l’Algérie Arabe.

Aujourd’hui des kabyles algérianistes partisans d’une Kabylie Algérienne s’opposent à leurs frères défenseurs du projet d’une Kabylie Kabyle. Sous le prétexte de tenir à leur Algérie qu’il pensent être la leur, ces Kabyles algérianistes ne se rendent même pas compte que déjà la Kabylie ne nous appartient plus du fait qu’elle est gérée et administré par un pouvoir arabe raciste qui recrute des kabyles de services pour qu’ils tiennent le même rôle que les bachaghas de l’époque coloniale Française.

Si nous étions libre et maitre de nous même en Kabylie personne ne nous interdirait d’enseigner notre langue à nos enfants comme on le voudrait, personne ne nous interdirai de donner des prénoms Amazighs à nos enfants, personne ne nous interdirait la transcription de notre langue avec ses propres caractères, personne ne nous imposerait une autre langue dans les tribunaux les mairies les daïras, les commissariats. Si nous étions maitres de nous même en Kabylie nos noms seraient écrits avec notre langue sur nos passeports et cartes d’identités.
Nos parents ont refusés d’êtres des indigènes de l’Algérie Française nous avons le devoir sinon l’obligation de relever le défi comme eux pour refuser l’indigénat que nous impose aujourd’hui une Algérie Arabe.

Pour rester kabyles et mettre fin à la dépersonnalisation par l’idéologie wahhabite en cours, nous sommes appelés à faire valoir notre droit l’autodétermination, afin que le sacrifice de Matoub, de Mammeri de Djaout et des 128 jeunes ne soient pas vains.
Le rejet par le pouvoir Arabe Algérien des solutions alternatives comme le fédéralisme prôné par le FFS (Front des forces socialistes) ou la régionalisation préconisée par le RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie) ou encore l’autonomie régionale défendue par le MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie devenu Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie) montre bien que ce pouvoir n’est pas prés de reconnaitre nos droits élémentaires et fondamentaux et que seule l’indépendance pourra nous prémunir de la dépersonnalisation mais aussi des exactions récurrentes de l’état Algérien. Cette indépendance de la Kabylie permettra non seulement de rétablir plus tard des relations de confiance et de fraternité basées sur l’intérêt mutuel avec les autres régions d’Algérie mais aussi de servir de model pour qu’elles accèdent elles aussi à la liberté et la dignité.

Le grand artiste IDIR qui a soutenu récemment le combat de la Kabylie en reconnaissant notre condition de sous Algériens a redonné un immense courage à la jeunesse Kabyles gagnée par le désespoir.
L’événement du déjeuner républicain contre l’inquisition qui a eu lieu le 3 aout 2013 dans deux villes Kabyles Tizi Wezzou et Aokas a fait le tour du monde et a donc fait connaitre la Kabylie sur la scène internationale.

L’octroi du prix international de la paix (le Gusi pece internationale fondation) au Président de l’ANAVAD Monsieur Ferhat MEHENNI pour ses efforts inlassables à la recherche d’une solution pacifique malgré l’assassinat de son fils et les 12 incarcérations qu’il a subit de la part du pouvoir arabe Algérien, démontre bien qu’il est un grand homme de paix comme Nelson MANDELA.
L’admission de la Kabylie parmi les Etats Africains Emergents luttant pacifiquement pour leur autodétermination est un atout pour la suite du combat pour la liberté.

En occident en général et en France en particulier beaucoup d’Arabes Algériens se font passer pour des citoyens Kabyles quand ils postulent pour un travail ou pour un logement.
Tous ces éléments démontrent bien que le peuple Kabyle gagne de l’estime et de la reconnaissance auprès des autres peuples du monde entier et que la Kabylie avec ses valeurs de tolérance et son projet de société universaliste jouit d’une grande visibilité et d’une meilleure respectabilité sur la scène internationale.

K.D, conseiller du président de l’ANAVAD.
SIWEL 20 1545 OCT 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu