BOUBHIR /LE MAIRE DE SOUAMA ET SA MAJORITÉ EXIGENT LEUR PART DU GÂTEAU

17/12/2014 - 15:00

SOUAMA (SIWEL) — "Les observateurs ainsi que les Kabyles ordinaires ont appris, à la longue, qu’à l’exception de projets d’utilité qui dépasse le territoire kabyle (notamment les barrages hydrauliques) et la construction de mosquées destinées à l’abrutissement des populations par la salafisation, tous les projets économiques pompeusement annoncés et largement médiatisés sont systématiquement contrecarrés par divers blocages factices que l’Administration invoque régulièrement pour en justifier les retards, les reports et souvent l’abandon." Extrait de la déclaration d'un groupe de citoyens de la localité


M. Boukhtouche, le controversé maire de Souama (PH/DR)
M. Boukhtouche, le controversé maire de Souama (PH/DR)

ZONE D’ACTIVITÉS DE BOUBHIR

LE MAIRE DE SOUAMA ET SA MAJORITÉ
EXIGENT LEUR PART DU GÂTEAU


Dans le cadre de la création de 38 zones d’activités à l’horizon 2014 en Algérie, Tizi Ouzou a bénéficié de 2 opérations. L’une de 100 ha à cheval entre Tizi Ghénif et Dra Lmizan et l’autre de 376 ha à Boubhir dans la commune de Souama.

Cette zone d’activités louée par le wali de Tizi Ouzou qui lui préconise de « devenir un véritable fleuron de l’industrie disposant de toutes les commodités nécessaires pour attirer les investisseurs » est devenue, depuis février 2012, un serpent de mer.

Les observateurs ainsi que les Kabyles ordinaires ont appris, à la longue, qu’à l’exception de projets d’utilité qui dépasse le territoire kabyle (notamment les barrages hydrauliques) et la construction de mosquées destinées à l’abrutissement des populations par la salafisation, tous les projets économiques pompeusement annoncés et largement médiatisés sont systématiquement contrecarrés par divers blocages factices que l’Administration invoque régulièrement pour en justifier les retards, les reports et souvent l’abandon.

Il en est ainsi notamment des pénétrantes d’autoroutes, de l’adduction d’AEP vers les villages et du raccordement au réseau gaz ou électrique.

Mais dans le cas de cette zone d’activités de Boubhir, il y a un blocage d’une autre nature. Jugez-en plutôt :

Le maire et sa majorité au Conseil municipal qui ont reçu en catimini un représentant de l’Université Mouloud Mammeri venu présenter un projet d’aménagement et de viabilisation de la zone avec l’appoint expert de bureaux d’études canadiens et italiens ont été clairs dans leur réponse.

Nos valeureux élus n’ont posé aucune question par rapport au projet lui-même. Ils auraient dit en substance : quel intérêt peut apporter à nous personnellement ce projet ? Pour être plus concis et précis, ils auraient demandé s’il était possible d’obtenir des visas et des modalités d’accompagnement pour le Canada et l’Italie dans le cadre de leurs missions futures.

A contrario de tels élus avides et pervers qui n’hésitent pas brader l’honneur de leur région, les comités de villages Souama, Ait Khelili, Mekla, Ait Yahia, Illoula, Bouzeguène, Azazga et Fréha lancent une mobilisation générale pour le démarrage effectif de cette zone d’activités « avant qu’il ne soit trop tard » précisent-ils.

Las ! Il sera toujours tard tant que des élus de cet acabit squattent les mairies de Kabylie en fournissant l’alibi démocratique à une administration, wali en tête, dont la mission en fil rouge est d’appauvrir toute la Kabylie et annihiler les velléités démocratiques de son peuple.

Aux dernières nouvelles, on apprend que le projet de la zone d’activités de Dra Lmizan-Tizi-Ghénif est abandonné. Mission accomplie pour les fossoyeurs de la Kabylie et jubilation garantie pour les acteurs locaux et centraux de sa déconstruction.

Au suivant !

Souama, le 17 décembre 2014
Un groupe de citoyens

SIWEL 171500 DEC 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu