Azouaou Hamou L'hadj victime de l'injustice de l'Etat algérien

03/01/2014 - 05:52

ALGER ( SIWEL) - Azouaou Hamou L’Hadj, responsable de l’Association des victimes d’Octobre 1988 (AVO88), a comparu le 26 décembre devant le tribunal de Sidi-M’hamed (Alger). Le verdict est attendu pour le 2 janvier.


Azouaou Hamou L'hadj victime de l'injustice de l'Etat algérien
Demander une audience au premier ministre est un délit dans l'Algérie dirigée par les voyous du clan d'Oudjda.

Malmené par la police au niveau du palais du gouvernement quand il a été pour déposer sa demande d'audience, Azouaou Hamou L'hadj a été convoqué par le tribunal de Sidi Mhemmed. Il a comparu le 26 décembre dernier pour «troubles à l'ordre public». Son seule crime est d'avoir écrit à Sellal à propos des revendications des victimes d’octobre 1988 .

Azouaou, qui a perdu son bras gauche suite à la fusillade de Bab-El-Oued, le 10 octobre 1988, est victime de l'injustice d'une "justice" aux ordres. Rien ne peut justifier son procès étant donné qu'il n'a fait que réclamer ses droits d’une façon pacifique et légale en demandant audience au premier ministre algérien.

Il est claire qu'on ne peut s'attendre qu'au pire de la part d'un pouvoir qui inverse les rôles en faisant passer ses victimes pour des fouteurs de troubles afin de les traduire honteusement en justice.

Au moment où le régime de Bouteflika a glorifié, indemnisé, assuré des emplois et octroyé des logements à des terroristes conformément à la loi sur la conciliation nationale, les victimes de l'arbitraire et de la répression de l'Etat algérien sont humiliées et traduites en justice pour avoir simplement osé demander une audience au premier ministre.





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu