Azawad : le redéploiement du MNLA sur le territoire de l’Azawad est quasi achevé

24/09/2012 - 12:56

INTACHDAIT (SIWEL) — Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad, MNLA, informe que le redéploiement de ses membres sur le territoire de l’Azawad est quasi achevé.


Moussa Ag Attaher, membre du bureau politique du MNLA. PH/DR
Moussa Ag Attaher, membre du bureau politique du MNLA. PH/DR
« Suite à la stabilisation sur le terrain des postions militaires du MNLA, le Conseil transitoire de l'Etat de l'Azawad (CTEA) informe les populations de l'Azawad et la communauté internationale que le redéploiement de ses membres sur le territoire de l'Azawad, est quasi achevé ».

Le communiqué signé par Mossa Ag Attaher coordinateur de l’Action diplomatique de l’Azawad en Europe, ajoute que « l'organe exécutif de l'Azawad prépare activement une rencontre de la plus haute importante dans les prochains jours afin de poursuivre son travail de pacification de l'Azawad et prendre effectivement en charge les préoccupations des populations ».

A cette occasion, ajoute le communiqué, sera mis en place « un comité d'urgence pendant que seront restructurées les forces armées dans la perspective de la reprise effective du contrôle intégral de notre territoire ».

Par ailleurs, au cours de ces derniers mois le MNLA tout au tant que le CTEA ont démontré leur nette démarcation avec les groupes narco terroristes et ont fait positivement évoluer leur niveau de revendication politique.

En dépit de ces efforts, le CTEA, informe ainsi que « la direction du MNLA déplorent que certains Etats dont des membres des pays du champ continuent d'adopter de troublantes attitudes en terme d'engagement dans la lutte anti terroriste ».

A ce sujet, les divisions et les atermoiements de la communauté internationale face au drame qui se joue dans l'Azawad et dont les pays voisins souffriraient très rapidement des excroissances sont particulièrement, inquiétants et incompréhensibles.

A souligner que les pays du CEDEAO ne sont pas encore certains que leur décision de mener une offensive militaire au nord du Mali serait rentable politiquement. L’Algérie, un des acteurs du conflit, assure une « protection » politique à des groupes armés qu’elle manipule afin de saborder l’élan pris par l’Etat de l’Azawad.

aai
Siwel 241256 SEP12






Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu