Azawad / l’heure de la trahison a sonné pour le HCUA, alias Ansar Dine

03/04/2015 - 15:52

ALGER (SIWEL) — Comme nous l’avions annoncé dans notre édition d’hier, une délégation de la fameuse Coordination des mouvements de l’Azawad est de retour à Alger, à leur propre demande affirme de manière tout à fait mensongère un certain Mohamed Ag Aharib, présenté comme étant le porte-parole du HCUA, ce même Ag Aharib qui était déjà porte-parole de l’organisation terroriste Ansar Dine, qui fut par la suite recyclée par Alger et Paris, d’abord en MIA ( Mouvement Islamique de l’Azawad) puis en HCUA ( Haut Conseil à l’unité de l’Azawad). L'heure de la trahison a sonné pour ce groupe terroriste réhabilité par les « médiateurs de la paix ». Ils viennent d’amorcer leur acte de trahison … à Alger, bien sûr. Leur réhabilitation avait un seul et unique objectif : torpiller et noyer le MNLA qui s'est bêtement laissé mener à l’abattoir par la « communauté internationale » et ses « médiateurs de la paix »



Pour mémoire, l’ONU, la France et l’Algérie avait fait pression sur le MNLA pour qu’ils « accepte » la création du HCUA dans le but, non avoué mais évident de diluer sa voix dans les négociations.

Le MNLA avait d’abord refusé la réhabilitation de ceux qui s’étaient liés contre eux avec l’AQMI et le Mujao, avant d’être « contraints » par les autres belligérants qui font partie intégrale du conflit qui oppose l’Azawad au Mali depuis 50 ans ; autrement dit la France et l’Algérie et accessoirement l’ONU, dont on sait désormais qu’elle n’est que la caisse de résonnance des prédations économiques internationales.

Le moment est donc venu pour le HCUA, ex Ansar Dine, de se retourner contre le MNLA, comme il l’avait déjà fait en 2012 en lui faisant la guerre sous le commandement d’Iyad Ag Ghaly. Hélas, mille fois hélas, le MNLA s’est laissé aller à céder de nouveau aux pressions internationales. Il a accepté, certes à contre cœur mais il a accepté de faire entrer à nouveau le loup dans la bergerie.

Car il s’agit bien de cela et le MNLA le savait pour l’avoir déjà vécu à ses dépens mais il n’a pas su ou il n’a pas pu résister à la fois aux pressions politiques internationales et aux pressions terroristes sur le terrain…car on a bien vu que le terrorisme islamiste dans l’Azawad privilégie depuis toujours les populations civiles azawadiennes et les unités combattantes du MNLA, comme c’est encore le cas actuellement. Inutile de se demander pourquoi les unités du HCUA ne se font jamais attaquer par les autres organisations terroristes. Il est bien connu que les loups ne se mangent pas entres eux.

Mohamed Ag Aharaib et Alghabass Ag Intalla, présentés par Alger comme étant des "groupes armés du Nord" au même titre que le MNLA alors qu'ils sont les représentants de l'organisation terroriste Ansar Dine, réhabilité en vue de la trahison du peuple de l’Azawad, actuellement en cours à Alger (PH/DR)
Mohamed Ag Aharaib et Alghabass Ag Intalla, présentés par Alger comme étant des "groupes armés du Nord" au même titre que le MNLA alors qu'ils sont les représentants de l'organisation terroriste Ansar Dine, réhabilité en vue de la trahison du peuple de l’Azawad, actuellement en cours à Alger (PH/DR)

Pour en revenir à Mohamed Ag Aharib qui s’est exprimé à Alger sur les accord d’Alger, cet ex porte-parole de Ansar Dine et non moins actuel porte-parole du HCUA a affirmé que le retour de la CMA à Alger intervenait après les consultations locales qui avaient vu la population civile azawadienne refuser la signature de l’accord d’Alger mais qu’ « il ne s’agit pas d’une remise en cause de l’accord »…quelle étonnante déclaration car, on est en droit alors de se demander au nom de qui exactement s’exprime le porte-parole du HCUA-Ansar Dine ? Au nom de son organisation terroriste réhabilité par Alger et Paris ou au nom de la population qui s’est clairement exprimée, et à l’exact opposé des déclarations du porte-parole du HCUA-Ansar Dine ?

Car la population a été on ne peut plus claire. En revanche, Mohamed Ag Aharib l’est beaucoup moins car ce que son organisation est en train de faire actuellement, c’est de mettre en application ce qui était prévu d’avance et ce pour quoi il avait été précisément réhabilité. C'est-à-dire torpiller le MNLA et le peuple de l’Azawad : « Nous n’avons pas rejeté cet accord. Et il n’est pas question pour nous de le rejeter », a-t-il affirmé alors-même que le peuple de l’Azawad, lui, l’a bel et bien rejeté en des termes clairs, nets et précis et dont voici les point exacts : Les points issus des consultations populaires

Du temps où Ag Aharib portait la voix de Ansar Dine pour le dialogue mais sans renoncer à la charia ( PH/DR)
Du temps où Ag Aharib portait la voix de Ansar Dine pour le dialogue mais sans renoncer à la charia ( PH/DR)

Mais il n’est pas étonnant que le HCUA-Ansar Dine fasse ce genre de déclarations à Alger, puisque c’est là que résidait dès le départ son rôle avec pour objectif de faire échec au MNLA et à son projet d’indépendance qu’il avait déclaré un certain 6 avril 2012 ! La manœuvre était visible à l’œil nu et les voix qui se sont élevées dans la fratrie amazighe pour mettre en garde le MNLA se sont égosillées en vain. Politiquement, le MNLA n’a pas été à la hauteur des espoirs que son peuple avait placés en lui. Le MNLA s’est laissé déborder par une multitude de « groupes du nord » alors qu’il lui suffisait de s’en tenir aux aspirations populaires que lui seul portait et continue encore de porter, toujours aussi seul.

Et même s’il faut reconnaitre au MNLA qu’il n’est pas aisé d’affronter à la fois l’ONU, la France et l’Algérie, surtout au vu des moyens de pressions dont ils disposent, en particulier les hordes terroristes qui curieusement arrivent à circuler librement quand il s’agit de mener des attaques terroristes qui le cible particulièrement, mais il n’aurait jamais dû céder aux pressions de Paris et d’Alger sur la réhabilitation de Ansar Dine en HCUA et encore moins faire confiance à leurs hypocrites promesses.

A Alger, le porte-parole du HCUA-Ansar Dine, Mohamed Ag Aharib a révélé que la CMA n’a émis que quatre réserves sur le document d’Alger alors que Bamako a consigné douze pages d’amendements … mais il y a lieu de préciser que ces quatre points de réserves, s’ils sont émis au nom de la prétendue CMA, ils sont signés de la seule main de Bilal Ag Acherif et que même le site officiel du MNLA ne l'a pas rendu public, comme d'ailleurs toutes les déclarations des organisation civiles de l'Azawad.

Du temps où Alghabass Ag Intalla était le chef de la Délégation d'Ansar Dine, toujours à Alger, et toujours pour les mêmes raisons ( PH/DR)
Du temps où Alghabass Ag Intalla était le chef de la Délégation d'Ansar Dine, toujours à Alger, et toujours pour les mêmes raisons ( PH/DR)
Enfin, les propos de Mohamed Ag Aharib, ont été rendus public par le journal algérien « Liberté ». L’auteur de l’article, Djilali Benyoub, écrit ceci à la suite des déclaration du porte-parole du HCUA-Ansar Dine: « En décodé, cela veut dire que la CMA ou, du moins, le MAA et le HCUA seraient prêts à parapher l’accord d’Alger pour peu qu’une partie de leurs revendications soit prise en charge »…et l’on se demande bien en quoi consiste cette partie de leurs revendications si ce n’est une nouvelle vague de réhabilitation d’une partie de leurs combattants-terroristes, soit en députés, soit en tout autres dignitaires du régime malien, militaire ou civil, comme ce fut déjà le cas lors des pseudos législatives maliennes qui ont « fait élire » deux lieutenants de Ansar Dine et un du Mujao…sur la liste électorale du président IBK.

Le journaliste algérien, Djilali Benyoub, prend même la liberté d’annoncer la couleur sur le sort qui semble être très prochainement réservé au MNLA, car malgré toutes les manœuvres de brouillage de piste et de diversion, notamment par la multiplication des interlocuteurs, le MNLA demeure le seul à porter les aspirations populaires azawadiennes, ne serait-ce que par son nom et c’est d’ailleurs pour cela que tout a été fait pour faire fusionner le MNLA avec les autres groupes et jeter aux oubliette le Mouvement national de libération de l’Azawad, le sigle en lui-même étant déjà porteur du projet d’indépendance.

Et voilà pourquoi le journaliste algérien porte l’opprobre sur le MNLA en disant ceci : « le MNLA fait cavalier seul, à travers des déclarations radicales rejetant l’accord » […] « De là, à entrevoir un divorce entre le HCUA-MAA et le MNLA, il n’y a qu’un pas que d’aucuns n’hésiteraient pas à franchir étant donné l’attitude trouble et les positions inconstantes du MNLA qui, depuis le début des négociations, s’est employé à trouver des subterfuges pour polluer le processus. » …voilà au moins des propos qui ont le mérite d’être clairs.

si Bilal Ag Acherif porte la signature du MNLA sur cet accord, il aura cautionné la plus grande trahison de l’Histoire douloureuse de l’Azawad et lui seul portera la responsabilité d’une nouvelle tragédie  (PH/DR)
si Bilal Ag Acherif porte la signature du MNLA sur cet accord, il aura cautionné la plus grande trahison de l’Histoire douloureuse de l’Azawad et lui seul portera la responsabilité d’une nouvelle tragédie (PH/DR)

Et comme pour montrer au MNLA qu’il est cerné de partout, le journaliste algérien annonce que « le MNLA est entré en affrontement avec le mouvement terroriste le Mujao qui est réapparu plus d’une année après l’opération Serval »…et c’est là que l’on se demande encore une fois comment se fait-il que le MUJAO réapparait à chaque fois que l’ONU, la France et l’Algérie mettent la pression au MNLA ?

Ce journaliste algérien, M. Djilali Benyoub, poursuit sa saillie contre le MNLA en disant que le MNLA « qui se prévaut de l’appui de la société civile de “l’Azawad”, ne dispose de base que dans Kidal puisque les populations de Gao, Tombouctou et Ménaka ont, pendant leur sortie dans la rue, réclamé la signature de l’accord d’Alger. »… faut-il se demander à quoi est destiné le passage de cet article puisqu’il n’y a eu aucune manifestation populaire réclamant la signature des accords d’Alger, ni par le peuple malien, ni par le peuple azawadien, les deux le rejetant pour des raisons diamétralement opposées.

Toujours est-il que par ces affirmations mensongères, le Journaliste algérien cherche tout simplement à insinuer que le MNLA ne pèse rien, en dehors de Kidal ET que même pour Kidal, le MNLA ne fait pas le poids contre le terroriste préféré d’Alger et de Paris , le fameux « Iyad Ag Ghaly, qui refait surface à Kidal … ces dernières semaines ! » Et l’on se demande bien comment le djihadiste Iyad Ag Ghaly peut disparaitre, réapparaitre et même négocier les libérations d’otage avec Paris alors-même qu’il est soi-disant blacklisté par ceux-là même avec qui il négocie aussi bien la libération des otages que son retour aux affaires azawadiennes, histoire de liquider le MNLA une fois pour toute et enterrer ainsi les espoirs de liberté et de dignité pour l’Azawad.

La conclusion est que le MNLA s’est fait avoir sur toute la ligne. Reste à savoir quelle position adoptera Bilal Ag Acherif. Sera-t-il à la hauteur de la confiance placé en lui ou trahira-t-il le peuple de l’Azawad ? Car si la trahison du HCUA-Ansar Dine ne surprendra personne et ne sera d’aucun effet ! La signature de l’accord d’Alger par le HCUA ne sera jamais que la signature des rapaces internationaux avec un groupe terroriste ! Alger, Paris et l’ONU peuvent toujours signer leur accord avec le HCUA, il n’aurait fait que signer un accord avec l’organisation terroriste Ansar Dine. En revanche si Bilal Ag Acherif porte la signature du MNLA sur cet accord, il aura cautionné la plus grande trahison de l’Histoire douloureuse de l’Azawad et lui seul portera la responsabilité d’une nouvelle tragédie.

Voir l’article de Liberté sous le titre Le HCUA prêt à faire des concessions

la manière dont maliactu parle de ceux qu'il désigne comme des apatrides sous le titre Le HCUA prend ses distances avec le MNLA


zp,
SIWEL 031552 AVR 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu