Azawad / Mali : Il y a deux ans, le MNLA déclarait l'indépendance de l'Azawad

08/04/2014 - 15:42

OUAGADOUGOU (SIWEL) — Il y a deux ans de cela, le porte-parole et chargé de communication du MNLA, Mossa Ag Attaher, annonçait sur une chaine de télévision française, France 24, la proclamation d’indépendance de l’Etat de l’Azawad. La déclaration d’indépendance eu lieu le 6 avril 2012. A cette occasion, le 6 avril 2014, Mossa Ag Attaher a fait une déclaration émouvante dans laquelle il affirme que « Le 6 avril 2012 n’a pas dit son dernier mot… ». Nous publions ci-après la déclaration du porte-parole du MNLA dans son intégralité.


« Il n’appartient qu’à nous de façonner notre avenir et de lui donner le visage de la liberté ! », Mossa Ag Attaher, le 6 avril 2014, deux ans après la déclaration d’indépendance de l’Azawad (PH/DR)
« Il n’appartient qu’à nous de façonner notre avenir et de lui donner le visage de la liberté ! », Mossa Ag Attaher, le 6 avril 2014, deux ans après la déclaration d’indépendance de l’Azawad (PH/DR)
Déclaration de Mossa Ag Attaher

Le « 6 avril 2012 » n’a pas dit son dernier mot…

Il y a deux ans de cela, à l’issue de la révolution que le MNLA a mené contre l’armée malienne afin de libérer le peuple de l’Azawad de 50 années d’injustice, de crimes ethniques et d’exils forcés, j’ai eu l’honneur et le privilège d’annoncer au monde entier la déclaration d’indépendance de l’Azawad.

Malgré l’invasion djihadiste dont nous avons par la suite été victime, malgré le déferlement des hostilités venues s’opposer au recouvrement de la dignité du peuple de l’Azawad, le 6 avril 2012 demeurera à jamais la date qui symbolise l’espoir d’un peuple injustement dépossédé de son droit inaliénable à disposer librement de lui-même.

Le 6 avril 2012 a ré ouvert la porte que le monde libre avait refermé sur nous au lendemain des indépendances africaines et des frontières artificielles qui nous ont été imposées en dépit du refus que nous avions pourtant clairement signifié à l’ancienne puissance coloniale.

Le 6 avril 2012 a fait rejaillir les 50 longues années de nos indicibles souffrances et nous avons pu dire au monde entier que nous refusons de plier face au déni d’existence, face au crime et à l’injustice.

Le 6 avril 2012 symbolise notre quête de liberté et de dignité, il a été gravée dans l’Histoire de notre peuple par le sang de nos valeureux combattants, morts au combat contre l’armée malienne et les hordes terroristes, mais aussi par le sang de nos femmes, de nos jeunes et de nos vieux qui ont eu à subir la vengeance des soldats maliens militairement défaits par le MNLA.

C’est le peuple azawadien tout entier, son armée de libération comme sa population civile, qui a inscrit le 6 avril 2012 comme l’une des dates les plus importantes de son Histoire contemporaine. Cette date, historique, porte en elle toutes les souffrances que le peuple de l’Azawad a accepté d’endurer pour retrouver sa liberté et sa dignité confisquées. Quels que soient les embûches qui sèmeront son parcours, il ne fait aucun que notre peuple concrétisera ses plus chères aspirations.

Nous, peuple de l’Azawad, nous savons que l’invasion djihadiste et la prolifération des groupes terroristes sur notre territoire n’est pas le fruit du hasard. Nous savons qu’elle avait pour but de semer le trouble et la confusion et ainsi nous déposséder du combat que nous avons mené pour la libération du peuple de l’Azawad.

Cependant malgré tout ce qui se dresse contre notre aspiration légitime à vivre en peuple libre, soyez certains mes frères et mes sœurs, que le MNLA qui porte en lui l’espoir de tout un peuple, n’aura de cesse de lutter jusqu’à l’aboutissement final de l’idéal de justice et liberté pour lesquelles beaucoup d’azawadiens sont déjà tombés.

Nous avons fait le serment de ne jamais trahir le sang de nos martyrs, de ne jamais plier face à l’adversité et de ne jamais céder au découragement.

Malgré les erreurs, les errements et les trahisons qui nous ont ébranlés, malgré les tentatives malheureuses de rapprochement avec des organisations avec lesquelles nous ne pourrons jamais rien partager, la volonté et à la ténacité des plus sincères militants du MNLA ont fait échouer toutes les tentatives de destruction et le MNLA est resté fidèle à ses engagements, il n’a pas pu être dévoyé.

Certes, rien n’aura été épargné au MNLA, mais notre volonté et notre détermination, nous les puisons dans la source intarissable du peuple de l’Azawad qui nous donne depuis deux ans des leçons magistrales de courage et de dignité, notamment à travers les incessantes manifestations des femmes et des jeunes qui ont osé braver tous les dangers pour continuer à soutenir la quête de liberté portée jusqu’aux plus hautes instances internationales par le MNLA.

Ce n’est pas un hasard si le MNLA a été, et continue d’être, la cible commune de toutes les parties engagées dans le conflit qui oppose le peuple de l’Azawad au Mali. Pendant que les uns, à travers les djihadistes, cherchaient à anéantir militairement le MNLA sur le terrain, d’autre s’attelaient à l’anéantir sur le plan international.

Et si le MNLA reste l’obsession de toutes les parties engagées dans ce conflit, c’est parce que c’est lui qui porte haut et fort la voix de l’Azawad partout dans le monde et défend contre vents et marées son aspiration légitime à vivre dans la liberté et la dignité sur son propre territoire.

Malgré l’isolation dans laquelle on a voulu confiner la quête légitime du peuple de l’Azawad pour sa liberté, le MNLA a bel et bien réussi à internationaliser le conflit qui oppose l’Azawad au Mali.

C’est le MNLA et personne d’autre qui a réussi cet exploit et je suis fier d’avoir eu l’honneur de porter la voix de mon peuple à travers le monde pour dire et expliquer sa souffrance, pour dire sa volonté et sa détermination à retrouver son honneur, sa liberté et sa dignité.

Mes chers frères, mes chères sœurs,

La voix de l’Azawad a été porté au Maroc, en Italie et en Russie; sachez qu’elle sera encore bientôt portée jusqu’en Amérique latine, dans au moins trois pays qui connaissent le prix de la liberté et la valeur du sacrifice d’un peuple pour mener à bien sa révolution.

Chers frères, chères sœurs, à l’occasion de ce deuxième anniversaire de la déclaration d’indépendance de l’Azawad, je tiens à réaffirmer mon total engagement au service de mon peuple, à porter sa voix et à défendre ses intérêts à travers le monde.

J’en fais le serment devant vous et devant le monde entier. Je n’ai aucun doute que l’Azawad vaincra, il nous suffit de continuer dans l’esprit de la lutte que nous avons engagé et de persévérer contre vents et marées !

Il n’appartient qu’à nous de façonner notre avenir et de lui donner le visage de la liberté !

Vive l’Azawad !

Vive le MNLA !

Mossa Ag Attaher,
Membre du bureau politique du MNLA,
Chargé de Communication




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu