"Azawad-Mali : A vieux conflit solution permanente" / lettre ouverte du président de l'Organisation des Sociétés Civiles de l’Azawad au Conseil de Sécurité de l'ONU

17/02/2014 - 00:16

AZAWAD (SIWEL) — L’organisation des Sociétés Civiles de l’Azawad (Osca), qui représente des réfugiés, des déplacés, des populations des régions du Nord Mali, la voix des autorités coutumières et traditionnelles de ces régions du septentrion malien, s’inquiète de la démarche partielle de la préparation des négociations, entamée jeudi 13 février 2014, par les autorités maliennes, sous le parrainage de Bert Koenders, le représentant spécial de l’ONU au Mali. Nous publions c-après la lettre adressée par le président de l'OSCA au Conseil de sécurité de l'ONU


Abdoullahi Ag Mohamed, président de l'OSCA, Organisation des sociétés civiles de l'Azawad (PH/DR)
Abdoullahi Ag Mohamed, président de l'OSCA, Organisation des sociétés civiles de l'Azawad (PH/DR)
A vieux conflit solution permanente

Mali et Azawad

14.2.2014

Pour le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies.

Cher Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations Unies je vous prie de bien vouloir accepter mes très hauts respects et mes très hautes considérations et je vous implore de bien vouloir accepter de ma part la présente note sur le conflit ayant lieu entre le Mali et l'Azawad.

Ce vieux conflit entre le Mali et l'Azawad date depuis l'Epoque de Feu l'Empereur l'Askia Mohammed et bien avant la Bataille de Tondi-Bi de 1596 à la Courbe du Niger et comme j'ai eu l'occasion de le souligner au site Mali Actualités, il faut ouvrir des négociation de longues haleines dans des capitales neutres, par exemple Rabat au Maroc, Genève en Suisse et Stockholm en Suède, et poursuivre les négociations à Paris, à Londres, à Berlin, à Moscou, à Washington, à Pékin. Sans se presser. Sans hâte. Revoir à fond les racines du conflit entre le Mali et l'Azawad, en étudiant aussi les différentes négociations qui ont eus lieu à Alger, sous les auspices de l'Algérie, et voir pourquoi, elles n'ont pu aboutir qu'à une paix temporaire, et pourquoi à chaque fois le conflit a resurgi. Les temps me seront témoins j'ai réagi sans parti pris et pour contribuer à ne pas tomber dans le piège des demi-solutions, qui abouti en conséquence à deux perdants: le Mali et l'Azawad.

Cher Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations Unies je vous prie de bien vouloir accepter mes très hauts respects et mes très hautes considérations.

Éternellement Votre,

Votre humble serviteur,

Laghdaf Abadila




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu