Azawad : Les populations civiles fêtent l'anniversaire du déclenchement de la lutte de libération de l'Azawad

18/01/2014 - 00:46

KIDAL (SIWEL) — Aujourd'hui, 17 janvier 2014, les populations civiles de Kidal ont investi en masse les espaces publics pour célébrer l'anniversaire du début de la révolution azawadienne, enclenchée le 17 janvier 2012, deux ans auparavant, jour pour jour. Homme, femmes, enfants, tous ont investi les rues pour fêter le déclenchement de leur lutte de libération pour pouvoir vivre un jour dans la paix et la sécurité sur leur terre ancestrale: l'Azawad.


Certes, la liberté n'est pas encore gagné mais la voie est tracée et aucun retour en arrière ne semble même plus imaginable pour ces manifestants. Cela fait maintenant 2 ans que le peuple de l'Azawad tient bon. Ni les terroristes de l'Aqmi, ni ceux du Mujao, ni ceux de Ansar Dine n'ont entamé leur détermination. Ni Serval, ni la Minusma, ni encore moins le Mali n'ont réussi à faire renoncer le peuple de l'Azawad à sa quête de liberté. Ils ont refusé d'abdiquer face au terrorisme de ceux qui manipulent les religions pour mieux les asservir et ils ont refusé d'abdiquer face à ceux qui manipulent la démocratie et les droits de l'homme pour imposer des Etats illégitime et couvrir leurs crimes humanitaires.

Le peuple de l'Azawad, pour démontrer encore une fois sa détermination à disposer librement de son existence, a fêté l'heureux matin du 17 janvier 2012 où les combattants du Mouvement national de libération de l'Azawad ont déclaré la guerre à l'Etat illégitime du Mali. Dans toute la ville de Kidal, des centaines de manifestants Azawadiens ont commencé à sortir de chez eux dès la matinée pour célébrer le 17 janvier, au nez et à la barbe des soldats de la Serval, de la Minusma et des forces armées maliennes qui, cette fois, ont pris la précaution de rester dans leur casernes

Les manifestants de tout âge et de tout genre ont scandé des slogans favorables à l'indépendance de l'Azawad et au libre choix de leur peuple qui n'a choisi ni l'Aqmi, ni le Mali, mais l'Azawad libre et indépendant.

Si aucun incident n'à été signalé, cela est certainement du au fait que les soldats maliens sont restés toute la journée cantonnés dans les casernes.

maa,
SIWEL 180046 JANV 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu