Azawad / Le terroriste Iyad Ag Ghaly de retour ?

27/06/2014 - 17:38

KIDAL (SIWEL) — Inscrit sur la liste des terroristes les plus recherché dans le monde, le leader islamiste du terrorisme dans le Sahel, Iyad Ag Ghaly, chef du groupe terroriste Ansar Dine, devenu MIA puis HCUA, circule librement au nez et à la barbe du dispositif sécuritaire international dit « de lutte contre le terrorisme » au Mali et dans l’Azawad. C’est un fait rapporté à maintes reprise par diverses sources locales de l’Azawad qui donne davantage de crédit aux allégations selon lesquelles il y aurait bel et bien un deal entre le chef d’Ansar Dine, le Mali, la France et l’Algérie, évidement au détriment de la libération de l’Azawad et bien sûr du MNLA, qui en a la charge et qui a été combattu dès le départ par les groupes islamo-terroristes, toutes tendances confondues.


...
Iyad Ag Ghaly a beau avoir « disparu » depuis son offensive sur la ville malienne de Konna le 10 janvier 2013, il n’en demeure pas moins une « personnalité » omniprésente dans les tractions en coulisse entre l’Algérie, le Mali et la France. N’est-ce pas par lui que les 4 otages français d’Areva ont été libérés monnayant une coquette rançon, visiblement redistribuée de manière inéquitable. Ce qui aurait, semble-t-il, valu la vie aux deux journalistes français de RFI, exécutés dans la région de Kidal.

Le chef d’Ansar Dine a beau être un terroriste mondialement recherché, personne ne cherche à l'arrêter ? A Paris, comme à Alger et à Bamako, on a encore besoin d’Iyad Ag Ghaly. Paris a un double objectif : d’un côté, disposer d’une « passerelle » avec la nébuleuse terroriste pour récupérer ses otages et d’un autre côté, diminuer le poids du MNLA autant sur le plan politique que sur le plan militaire. Ce dernier objectif est partagé par Alger et Bamako afin d’écarter coûte que coûte l’émergence d’un Etat indépendant dans l’Azawad. Pendant qu’Alger assure le gite et le couvert au terroriste Iyad Ag Ghaly, Bamako fait élire sur les listes du parti présidentiel des compagnons d’Iyad à l’Assemblée nationale malienne.

Selon des sources locales, Iyad Ag Ghaly est retourné ces jours-ci à Kidal pour reprendre sa place et « récolter » les retombées de l’accord de paix que le gouvernement malien et le MNLA devraient signer, suite aux signes « positifs » de la médiation algérienne et dont on sait pertinemment que le terroriste Ag Ghaly n’est jamais très loin. Il est de notoriété publique que le chef d’ Ansar Dine avait créé son groupe terroriste sur ordre d’Alger pour contrer le MNLA.

Selon des sources locales, Iyad Agh Ghaly a été aperçu mardi dernier chez le vieux Intalla Ag attaher, qui n’est autre que le père de Alghabass Ag Intalla, actuel chef du HCUA, c'est-à-dire le chef de la version recyclée d’ Ansar Dine, habilement recyclé par la France, le Mali et l’Algérie en un « groupe armé du nord », selon la terminologie officielle de toutes ces manœuvres géostratégiques qui visent à faire échec à l’indépendance de l’Azawad et donc à miner le MNLA en lui créant des « groupes armés du Nord », qui d’un côté le combattront militairement et d’un autre côté diminueront de son poids dans les négociations politiques.

Bien que Iyad Ag Ghaly soit inscrit sur liste des terroristes recherché par les États-Unis pour ses liens avec l’Aqmi, bien qu’il soit répertorié comme terroriste par les Nations unies et qu’il ait été à l’origine du déclenchement de l’opération Serval pour contrer l’avancée djihadiste, curieusement , personne ne bouge le petit doigt pour aller le chercher alors que tout le monde sait exactement où il se trouve.

En effet, le terroriste Iyad Ag Ghaly circule librement, passant du territoire algérien, pas loin de Tinzaouatène, à l’Adrar des Ifoghas, jusque dans la ville même de Kidal, sans qu’aucune unité de lutte contre le terrorisme ne cherche à capturer ce terroriste mondialement recherché.

Reste à savoir comment va réagir le MNLA dans cette réapparition du chef d’Ansar Dine après tous les efforts et les sacrifices des combattants du MNLA, comme de la population de l’Azawad. Car il n’y a aucun doute au fait que le MNLA et l’Azawad seront les seuls perdants de la réapparition de ce terroriste qui n’a pas hésité à mener la guerre contre le MNLA auprès de l’Aqmi et du Mujao et à appliquer au peuple de l’Azawad la charia qu’il avait décrété de force, au mépris des valeurs et des coutumes ancestrales du peuple Touareg.

zp,
SIWEL 271738 JUIN 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche